Nihon no oto #1 : le bruit de la canette qui tombe de la machine

Nouvelle série d’articles sur BdJ. Habituellement, l’été arrivant c’est le moment pour moi de reconstituer des souvenirs à partir de photos ou de vidéos prises lors de séjours ultérieurs. Sans doute y aura-t-il quelques articles de ce type dans les deux prochains moins mais je vais surtout essayer de farfouiller dans mes captations vidéos pour y trouver ces « Nihon no oto », ces bruits du Japon qui éveillent pour moi un plaisir immédiat.

La chaleur estivale aidant, je commence aujourd’hui avec ce bruit qu’il est rare de ne pas entendre au Japon au moins une fois dans la journée, surtout lorsque l’on s’y trouve l’été. Matin, après-midi, soir, peu importe, c’est un de ces rituels que l’on fait sans trop réfléchir, juste pour le plaisir d’appuyer sur un bouton et de se mettre dans le gosier une boisson fraîche. Dans la vidéo qui suit, j’étais surtout repu de bonne nourriture, de bière et de shochu après un dîner familial mais peu importait, me rendre en claquettes au distributeur de boissons à côté pour humer un peu la fraîcheur nocturne tout en dégustant un café au lait glacé était le moyen de dessaouler gentiment avant de rejoindre la clim de la chambre conjugale.

Le bruit que j’associe infailliblement à ce rituel est le clonc ! que fait la canette en tombant. Bruit bref, comme le sera l’ingurgitation du breuvage – les canettes de café n’étant pas vraiment mahousses. Mais bruit consolatif car annonciateur d’un plaisir sucré et rafraîchissant, toujours appréciable dans un pays où les grillons jouent des symphonies à la puissance toute wagnérienne…

 

Lien pour marque-pages : Permaliens.

2 Commentaires

  1. Choisir une boisson, la payer avec la SUICA, se rafraîchir… Je crois bien que c’est la première chose que je fais une fois sorti du Monorail qui relie l’aéroport de Haneda et la Yamanote (bref, l’arrivée au Japon).

  2. Même dès l’arrivée à l’aéroport, dans le hall pour un transfert, c’est toujours magique de retrouver ces distributeurs, et tentant d’y aller de sa première canette du séjour, même si en sortant d’un voyage de douze heures on n’a pas forcément très soif.

Laisser un commentaire