Gainax n’aime pas les gazons soyeux

On continue à prospecter du côté des OAV crapoteuses des 80’s. Avec aujourd’hui, de nouveau une production adaptée d’un manga WTF, j’ai nommé Beat shot de Satoshi Ikezawa :

Un manga sur le golf. Si, si !

A ma connaissance Ikezawa n’a pas été encore publié chez nous. Son manga le plus célèbre est Circuit no ookami, manga de courses auto qui a eu son succès à la fin des années 70, chez Weekly Shonen Jump. Son Beat Shot a quant à lui été publié dans Weekly Playboy à partir de 1986 et comprendra tout de même 11 tomes tankobon. De quoi s’agit-il ? Vous avez vu la couverture, de golf bien sûr ! Mais attention ! Pas n’importe quel golf !

Suivez-moi les filles, je vais vous faire visiter les dix-huit trous du green. N’ayez pas peur, ça va bien se passer, hu ! hu !

Car oui, avec une publication dans Weekly Playboy, il y a des chances pour que le titre soit salé. Et un coup d’œil sur quelques planches du manga montre que l’histoire l’est amplement :

Sans doute un exercice pour améliorer la souplesse au poignet, toujours très important avant un backspin.

Pour faire simple, imaginez Ryo Saeba jouant au golf. Le personnage principal, Kyoichi Sasuga, est en effet un joueur de golf talentueux, doté d’un coup spécial qui a fait sa renommé, le « bite shot » pardon, le « beat shot ». Problème : véritable obsédé, il perd tous ses moyens dès qu’une loute sexy est dans les parages. Dans cette OAV de 1989, son concurrent, Akihiko Hanamatsuri, s’aperçoit de cette faiblesse (bien compréhensible) et demande à son amie Misako de l’exploiter.

On l’aura compris, on est très loin de la classe de Sean Connery dans Goldfinger et si vous pensiez compter sur ce titre pour en apprendre plus sur l’art feutré de la petite balle blanche, passez votre chemin. Mais si vous vous êtes toujours dit qu’il y avait quelque chose de sexuel dans ce club tendu que l’on serre fort avec les pognes, ce doux gazon au milieu duquel se trouve un trou que l’on va devoir pénétrer avec une balle spermatozoïde que l’on doit faire gicler très fort au premier coup, vous serez rassuré de voir que vous n’êtes pas un grand malade, un vieux mangaka (sans doute lui aussi un grand malade) y a pensé avant vous.

Personnellement ça ne m’avait jamais frappé mais après avoir vu ce genres de plans :

Il a bien fallu se rendre à l’évidence, le golf est un sport sexy, voire pornographique.

Ce qui explique pourquoi ce titre, directement sorti en VHS, n’a jamais eu les honneurs d’une réédition digne de ce nom. Car il faut vous dire ici que le producteur n’est pas n’importe lequel producteur. Si je vous dis Gunbuster, les Ailes d’Honnéamise, Evangelion, vous avez tout de suite saisi, il ne s’agit rien moins que de Gainax. Mais voilà, le studio aura beau se faire connaître par une certaine tendance au fan service, comme le titre est sorti sur le marché du hentai, et comme en plus il est très loin de ses standards en matière de qualité, le titre a quelque peu été banni, oublié, ne figurant plus dans la filmographie du studio.

Bref une vraie curiosité que ce Bite Shot. Vous pouvez tenter, ce n’est pas très long : juste 27 minutes de clubs turgescents et de petites culottes qui apparaissent malicieusement. Et d’autres choses aussi… tiens, faisons comme Gainax, cachons ce qui ne doit pas être vu…

Spoiler Inside SelectShow

Car oui, vous vous doutez bien que le marché du hentai ne va pas se contenter de quelques pantsu, il lui fait du plus consistant. Le spectateur a doit à deux scènes de sexe dans lesquelles il entendra les voix mélodieuses de Manami Hayakawa et Yuko Maehara, glorieuses AV idols de l’époque. Bref, c’est de la balle (de golf) et si l’amateur de ce sport peut trouver qu’il y a tromperie sur la marchandise, que son beau sport n’est pas suffisamment traité, ce n’est pas totalement vrai non plus, du moins métaphoriquement parlant. Certains bunkers du corps féminin sont savamment creusés, Kyoichi sait alterner chips, coups roulés, slice et side spins à l’approche des trous, les fairways sont propres et tondus de près, les sweetspots bien détectés, et les trous bien complétés.

Plus sérieusement, Beat Shott!! a tout de l’OAV un peu daubesque dont on comprend pourquoi Gainax ne cherche pas à l’inclure dans sa liste officielle, mais il est certaines curiosités daubesques que l’on prend toujours plaisir à découvrir, et Beat Shot!! est de celles-ci. Bref, si un jour vous découvrez dans quelque obscure boutique d’Akihabara cette VHS :

Ruez-vous dessus et allez par la même occasion vous inscrire à l’uchippanashi du coin, pour voir si la réalité peut rejoindre la fiction. Sur ce, je vous laisse, j’ai un anime ecchi sur le snooker à mater.

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire