L’otokorashii de la semaine (3) : Kei Nishikori

Alors que ma légendaire série des bijins de la semaine s’apprête à atteindre le 50ème article, je dois reconnaître que son pendant masculin, l’otokorashii de la semaine (pour rappel, l’otokorashii : le viril), ne ressemble pour l’instant pas à grand-chose. Deux numéros publiés seulement et encore, pour l’un d’eux le sujet concerne les salarymen bourrés.

Fort opportunément, l’actualité sportive va me permettre d’ajouter une pierre à l’édifice, pierre tout ce qu’il y a de plus solide, costaude, bien charpentée bref faite pour vous taper dans les mirettes amies lectrices, puisque le troisième otokorashii n’est autre que :

nishikori

Kei Nishikori (paye ton costard classieux).


Ici, à Bulles de Japon, vous le savez sans doute, hélas ! le tennis japanisthanais a souvent été résumé à une imparable association :
tennis

Bijins et petites jupettes (comme je regrette ces images ! J’ai honte).

Pour preuve certains lamentables articles pondus pour Drink Cold où tout n’était prétexte à se moquer et dégoter des images sexy d’idols en socquettes. Le tennis masculin japonais n’existait pour ainsi dire pas et l’arrivée de Nishikori dans le circuit n’avait jamais guère suscité qu’un haussement de sourcil perplexe. Un joueur japonais qui réussit ? Attendons de voir avant de s’extasier, il y a un pas entre quelques victoires dans des tournois de troisième zone et un classement à l’ATP prouvant réellement la valeur d’un joueur.

Et puis, année après année, le nom revenait de plus en plus souvent. Apparemment, les bonnes performances de ce joueur n’étaient pas du flan. Pas le genre “un petit tour et puis s’en va” façon joueur français. Ce sportif avait vraiment l’air de pouvoir maintenir de bonnes performances dans la durée. Du coup il me parut intéressant de faire un papier sur Nishikori afin de le présenter mais aussi de découvrir le secret de sa réussite. Je menai l’enquête et la première chose qui m’apparut fut une alimentation saine et irréprochable. En effet, depuis 2010 l’homme s’alimente exclusivement de Cup Noodles :

nishikori

“Une Cup Noodle le matin, c’est un match gagné l’après-midi” Kei Nishikori.

Ayant confié sa diététique à un éminent scientifique, le professeur Harada, ce dernier, après avoir analysé en profondeur l’apport nutritionnel des fameuses ramens de chez Nissin, le pria instamment de se nourrir trois fois par jour de ces petits pots bourrés de bonnes choses s’il voulait devenir un cador du circuit.

nishikori 3

“Maintenant ça va chier !”

L’estomac boosté par les nouilles instantanées et le moral non moins boosté lui aussi par son fan club de bijins :

nishikori 2… Kei ne tarda pas a rapidement avoir une nouvelle stature sur les cours :

La progression était indubitable mais il manquait encore quelque chose. Ce quelque chose arriva en 2013 lorsque Nishikori accepta de prendre pour coach Michael Chang et son fabuleux bob :

nishikori 4

Entraîné par un légendaire vainqueur de Roland Garros, Nishikori fut dès lors pris alors d’une nouvelle passion, celle de botter du cul à tous les étages, à tel point que le voilà maintenant à pointer à la 6ème place du classement ATP. Et, si vous suivez un peu l’actualité du tennis, vous savez qu’en réalité la 4ème refléterait plus son statut actuel, juste derrière Djokovic, Murray et Nadal, tant l’homme a atteint un niveau de jeu qui transforme en cauchemars orange pour ses adversaires les matchs sur terre battue. Demandez à Nadal et surtout Djokovic lors de leur dernière confrontation avec Kei kun…

Ajoutons à cela un partenariat intéressant avec un célèbre équipementier. Non pas Dunlop ou Yonex mais le géant technologique Toshiba, plus à même de saisir les goûts japonais WTF ? de notre sportif :

Tous les éléments semblent donc concorder pour assister peut-être à une belle surprise à Roland. Doté de son airbus privé qui lui permet de sillonner tous les tournois de la planète :

nishikori 16

… Kei n’a semble-t-il pas fini de rapporter à la maison plein de beaux trophées. Reste tout de même une inconnue, et pas des moindres : quid du soutien d’une bijin de petite amie, le seul à savoir galvaniser le cœur d’un mâle et lui permettre de remporter un tournoi du grand chelem (oubliez tous les autres critères, celui-ci est le seul valable) ?

Ici, Mesdemoiselles, j’imagine que vous grincez des dents en vous demandant s’il y a une chance qu’un jour ces robustes biceps puissent vous enlacer tendrement. Eh bien, sans être non plus définitif, je dirais que vous pouvez avoir encore un soupçon de confiance car la vie sentimentale de Kei est aussi mystérieuse que l’intérêt des Japonais pour Richard Clayderman. A une époque, ne reculant devant aucune vilenie j’avais dépêché au Japon mes meilleurs paparazzis afin d’obtenir ces clichés :

nishikori 5

Qui donc était cette fille qui se frottait contre le corps de notre otokorashii ?  Mais aussi, qui était cette fille avec laquelle Kei se baladait volontiers avec sa pogne sur les hanches?

nishikori 6

Et même – je sais, excusez-moi, ça va vous faire mal les filles, mais la rigueur journalistique avant tout – qui était cette fille à laquelle Kei roulait une galoche enflammée ?

Nishikori 7

Oui amies lectrices, vous vous demandez sûrement ici : “Mais enfin qui c’est, cette pétasse ?”. J’avoue que je n’en savais rien et que j’ai dû faire jouer mes contacts dans les tabloïds japonais afin de découvrir qu’il s’agissait d’un certaine…

nishikori 8

Ai Fukuhara.

Comme les précédentes lignes étaient à l’imparfait et que sur cette couv’ elle a l’air bien nunuche, vous vous dites qu’il y a finalement de quoi être rassurées. Mais attention ! Ne baissez pas votre garde, ce serait faire une grave erreur ! Car Ai Fukuhara n’est pas n’importe qui, puisqu’il s’agit d’une des meilleures pongistes du Japon (médaille d’argent aux J.O. de 2012) :

Sportive connue donc, et du reste elle aussi adepte des pubs où il est question de pâtes:

Prudence donc, car l’ami Nishikori a peut-être une préférence pour les bijins aux cuisses athlétiques. Si vous vous cramez un paquet de clopes par jour et que la cellulite commence à décorer certaine partie de votre corps autrefois plus glorieuse, peut-être serait-il donc plus sage de faire une croix sur Kei kun. Surtout que la folle rumeur court qu’il serait actuellement en compagnie de la fine personne que l’on aperçoit sur cette photo :

nishikori 9

Celle sur le canapé, pas celle derrière.

Là aussi, en tombant sur cette photo je ne fis ni une ni deux et envoyai mes paparazzis parmi les plus cloaqueux pour mener l’enquête du côté de Tokyo. Très vite une preuve époustouflante me parvint :

nishikori 10

Les deux suspects sortant nuitamment d’un même hôtel, et à quelques minutes d’intervalle, comme pour brouiller les pistes ? On ne me la fait pas, à moi ! Je sentis le coup fourré (si j’ose dire) et je contactai recta mes amis dans les tabloids afin de découvrir l’identité de la bijin. Et là ! Stupéfaction ! Il s’agissait encore d’une sportive !

Il s’agit de la gymnaste Honami Tsuboi. Etudiant les sciences de la nutrition à l’université de Waseda, elle est une professeur de yoga certifiée. Elle a arrêté la gymnastique rythmique et sportive pour se consacrer à ses activités et à un soutien discret de son petit ami lorsqu’il joue des matchs au Japon. Mais tout cela est-il vraiment sûr ? Encore une fois il n’y pas eu de la part des deux tourtereaux des déclarations tonitruantes et définitives dans la presse. Après, bon, quand on voit que l’unique spectatrice qui avait le droit de poser ses fesses dans les gradins lors d’un entraînement à huis clos était Honami :

nishikori 15

… clairement, on se dit qu’il y a un truc entre les deux. bref, la verrons-nous dans les gradins à Roland Garros ? J’avoue que voir une telle bijin :

nishikori 11

… dans les tribunes me ferait bien plaisir, à la condition cependant qu’elle ne se fasse pas interviewer par cette buse de Nelson Monfort, ce serait par trop insupportable.

Bref, si la rumeur est fondée, avec un tel entraîneur, avec une telle nutrition, avec une telle couverture du terrain, avec un tel jeu de jambes, avec un tel sens tactique et donc une telle bijin, Nishi doit être sur un petit nuage :

nishikori 12

I feel good

Et il y a tout lieu d’avoir cette année une attente particulière pour notre otokorashii à Roland Garros. Comme pour lui le tarif actuel sur terre battue semble être au minimum une demi-finale, on rêve d’un beau parcours et, pourquoi pas ? d’un coup de boost final qui lui ferait réitérer l’exploit de Wawrinka l’an passé. Wait and see donc. Et en attendant, souhaitons bonne merde à Kei qui devrait selon toute probabilité se fritter avec Andy Murray en quart.

nishikori 13

“Andy qui ?”

Premier match demain contre Bolelli. Actuellement Nishi est peinard à son hôtel, occupé à faire le vide et à s’imprégner d’une classe qui va éclater sur les cours :nishikori 14

Clairement, le samouraï de la raquette va déchirer.

 

Lien pour marque-pages : Permaliens.

5 Commentaires

  1. Bravo Olrik ! Tu en sais désormais bien plus que moi sur Kei, et ton article, comme ses retours de revers, est impeccable 🙂

  2. Merci, dorénavant la phrase “un coup fourré”
    n’aura plus jamais la même saveur pour moi !
    C’est l’un des plaisirs de la langue française.

  3. @ Galien : Oui, je gage que ton œil avisé ne suivra dorénavant plus de la même manière les matchs de Nishikori. Tiens, deux pubs avec Nishi que j’ai oublié d’insérer, c’est cadeau :

    @ Pasabre :
    Merci, le jeu de mots est venu bêtement, cool que les amateurs de calembours l’aient chopé au vol.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.