YOU ! ME ! DANCING !

Prendre des vidéos souvenirs, c’est sympa. Sur le coup en tout cas, car lorsqu’il s’agit par la suite à regarder des dizaines et des dizaines de petits fichiers très imparfaits, ça devient vite fastidieux. Ainsi l’Erekocha matsuri de Miyazaki que j’ai souvent évoqué en ces pages. Rappelons juste rapidement que c’est un festival assez récent (il fête cette année son dixième anniversaire) consacré aux danses de toutes provenances : hip hop, traditionnel, traditionnel/moderne, de type girls band, burlesque, etc. Programmée sur deux jours à la fin de juillet (ou début août), ce festival, qui draine plusieurs centaines de milliers de visiteurs et des centaines de participants, est un plaisir pour les sens, un véritable bol de vie.

Les différentes scènes sont réparties sur différents points du centre ville et il est enivrant de passer d’une à une autre, les yeux flattés de ces couleurs chamarrées oprtés le temps de deux journées, de ces prestations scéniques imaginatives et parfois étonnantes pour de simples amateurs, et de ces jolies filles dont la beauté semble irradiée par la bonne humeur communicative qui règne lors de ce festival.


Agrandir le plan
Agrandir le plan

Certes, on peut regretter que certains groupes de danseurs n’aient pas toujours beaucoup de goût lorsqu’il s’agit de choisir une musique pour les accompagner, les oreilles saignent parfois (surtout lors des prestations exécutées par des midinettes de danseuses). Mais ce n’est pas grave, il sont là pour danser et les spectateurs sont là pour dans le meilleur des cas les admirer, dans le pire se divertir et profiter de l’ambiance gentiment électrique.

Autant dire qu’avec mon Nikon dans la main droite et ma petite caméra dans la gauche, je n’en ai pas perdu une miette. Reste à faire quelque chose de tout ce fatras de vidéos plus ou moins boiteuses. J’aurais pu faire un montage didactique de plusieurs dizaines de minutes avec force sous-titres mais à quoi bon ? La scène se passe dans le centre de Miyazaki, avec plein de gens de tout âge qui se trémoussent, que faut-il dire de plus ? Du coup, j’ai sorti mon katana et n’ai pas hésité à trancher dans le lard. Le résultat, juste  6 minutes 40 qui, je l’espère, vous donneront une bonne idée de ce qu’est le festival.

Vous pardonnerez les petites maladresses, étant loin d’être un pro du montage, je suppose qu’il y en a, on a fait ce qu’on a pu hein ! Quant à la musique qui accompagne, oui, je n’ai pas choisi de chanson japonaise mais une du groupe Los Campesinos qui, malgré son nom, est un groupe tout ce qu’il y a de plus anglais. Le titre ? YOU ! ME ! DANCING ! Tout un programme…

(visionnage en 720p conseillé, les pixels y sont moins baveux)

Du même tonneau (ou presque) :

Lien pour marque-pages : Permaliens.

4 Commentaires

  1. Sacré Olrik ! Ces dernières images de fins où la caméra (toi donc^^) se perd sur les donzelles qui mangent, qui passent, qui tentent de te refourguer leur boustifaille… 😉

    Sinon, pas mal du tout le montage, bien rythmé. Il montre une vu d’ensemble de l’évènement. Le clip fait également corps avec la musique. Maintenant, je ne suis pas grand fan de ce genre de son donc… bof de ce côté-là en ce qui me concerne. On n’est pas là pour juger le groupe.

  2. En fait j’étais parti pour faire un truc de 15 minutes avec deux trois morceaux typiquement matsuri. Et puis j’ai eu peur que la vidéo ne soit un peu chiante, monotone alors que l’erekocha matsuri ne l’est pas lui, toujours à proposer une animation à chaque coin de rue… ou le sourire d’une jolie donzelle qui succombe à mon objectif et à mon air éminemment sympathique 😉
    Et puis cette chanson m’est revenu à l’esprit, avec sa rapidité et ses moments d’accalmie, idéal pour s’essayer à un montage proposant quelques effets. Encore une fois tout n’est pas parfait, loin de là, mais par rapport à mes précédentes vidéos, il y a un peu plus de cohérence je trouve.
    Par contre, on évoquait dernièrement Magix, le soft est toujours bien plus intéressant qu’un modeste Movie Maker, mais j’ai trouvé le système de contrôle de l’image (luminosité, contraste…) assez cheap. C’est là qu’on se dit que Premiere, avec le savoir faire d’Adobe en la matière à travers Photoshop, doit avoir plus de gueule. Après, c’est vrai aussi que ma caméra hd ressemble plus à un jouet qu’à une caméra digne de ce nom et que l’image est peut-être difficilement améliorable…

  3. Super boulot (et pour le coup j’ai été dans le métier, donc c’est sincère). Ton objectif de ne pas rendre l’évènement chiant est pleinement atteint, bravo, ça va même dans des petits détails vraiment bien vus (genre le gars avec les mini cymbales à la fin, au moment où l’instru met en avant ses tintements…) bref, super vidéo.
    Pour le festival lui même, ça a l’air grandiose! C’est une découverte pour moi (et pour Sakura aussi), alors merci, peut-être que j’aurai l’occasion un jour de m’y rendre, ça me tente bien! 🙂

  4. Merci. Sinon oui, j’ai essayé de ménager ici et là des « petits détails », content de voir qu’ils ne passent pas inaperçus, même si je m’aperçois maintenant que certains coincent un peu et mériteraient de l’huile ici et là. Passe-temps chronophage en tout cas que de faire des montages vidéos. Et très prenant. Par rapport à mon intérêt pour la photo, je dois dire que celui pour la vidéo a marqué quelques points.

    Pour l’Erekocha, on doit trouver plus grandiose comme matsuri j’imagine, mais c’est vrai que le défilé avec les milliers de participants sur l’avenue principale se pose là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *