Shameless : abnormal and abusive love (Teruo Ishii – 1969)

Voir un film de Teruo Ishii c’est l’assurance d’assister  à un spectacle un minimum barré et original. Ce Shameless : abnormal and abusive love (Ijô seiai kiroku : harenchi) n’échappe pas à la règle avec une histoire simplissime mais traitée d’une manière pop-psychédélique bien de son époque mais aussi à la … Lire la suite…

The Executioner (Teruo Ishii – 1974)

Dans mon esprit, Teruo Ishii est un peu un frère de Norifumi Suzuki : un faiseur de divertissements qui à peu près à la même époque a arrosé le cinéma japonais d’une pléthore de films de série B. Pas toujours avouables, parfois frôlant le nanar mais la plupart du temps efficaces … Lire la suite…

(Poster) Ankokugai no kaoyaku – juichinin no gyangu (1963)

Réalisé par Teruo Ishii, ce Boss of the Underworld : eleven gangsters appartient au cycle des gyangu, une série de 11 films réalisés dans les 60’s. Ceux-ci prennent place à l’ère Showa pour servir aux spectateurs un programme simple mais efficace : yakuza chevaleresques, petites pépés et combats au flingue. … Lire la suite…

Bakuhatsu! Boso yugi (Teruo Ishii – 1976)

Bakuhatsu! Boso yugi de Teruo Ishii vient d’inaugurer ma découverte d’un  genre particulier : le bosozuku eiga, le film de motard (précisons : le motard violent). Si j’ai commencé le visionnage sans grande conviction, j’ai assez vite compris que ce film allait être assez jubilatoire. Car dès le premier quart d’heure, un … Lire la suite…