Tetsujin 28 en visite à Shinsekai pour protéger les jolies jambes

shinsekai

21, 22 et 23 juillet. Début d’un périple de sept jours avant de retourner à Miyazaki pour la fin du séjour. On commence le 21 sur le quai de je ne sais plus quelle gare (j’ai oublié les multiples  correspondances). Direction : Takatsuki, ville située entre Osaka et Kyoto (le rêve), où nous devions retrouver la famille de la cousine de Madame.

quai gare bebe jambes

Que l’on ne s’y trompe pas : Olrik the 3rd n’est pas en train de bouffer sa sandale comme le font 99% des bébés : il y regarde juste un petit miroir fixé sur le talon pour voir ce qui se passe derrière. Brave petit ! Déjà tout comme son père !

Deuxième journée : on est toujours à Takatsuki. Après un quart d’heure de train pour gagner Osaka, on file vers le vieux quartier de Shinsekai. Bon, « vieux quartier » sonne tout de suite pittoresque mais il faut bien avouer qu’avec la horde de touristes que l’on y rencontre, ce pittoresque rétro bien artificiellement entretenu fait un peu la gueule. N’importe, avec sa fameuse tour Tsûtenkaku aperçue dans de nombreux films, il me fallait voir ça de mes yeux de cinéphile en herbe. Je ne donne pas trop de détails, Shinsekai fera bien un jour l’objet d’un article à part entière.

Shinsekai2

Troisième jour. On crèche toujours chez la famille de la cousine, pour le plus grand bonheur des gosses. Olrik Jr, au japonais toujours un peu empâté, fait de singuliers progrès au contact de ses deux « cousins » du même âge tandis que les bourrelets et la bonne bouille d’Olrik the 3rd lui valent d’être assailli par les bonnes intentions de sa « cousine » de quatre ans. Bref, pour cette journée c’est Kobe que l’on a choisi, notamment un peu à cause de cette chose :

Tetsujin-metro

Alors qu’on nous bassine actuellement avec Pacific Rim et qu’à peine digéré on lui colle recta les étiquettes de « chef d’œuvre » et de « culte » (pas mieux pour ne pas me donner envie de voir un film), il est bon d’évoquer certaines valeurs sûres, en l’occurrence ici Tetsujin 28, le robot géant (culte pour le coup) créé par Mitsuteru Yokoyama et qui trouve sa gigantesque réplique (18 mètres) à Kobe, la ville qu’il protège dans le manga. Dès l’arrivée à la station de shin-Nigata, il nous accueille d’ailleurs, et le quidam n’a pas fini de le croiser sur son passage sous plusieurs formes (pancartes, T-shirt, lampadaires…) comme si le bon robot avait pris possession de la ville. N’importe : cette femme esseulée peut s’aventurer tranquille dans le métro, Tetsujin 28 veille sur elle.

Du même tonneau (ou presque) :

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *