Yuki Matsuri : portfolio redux


Le genre de chapeau que j’eusse aimé ramener de ce court séjour à Sapporo, durant l’hiver 2005. Malheureusement ce n’était pas possible. Au lieu de cela, j’ai rapporté des photos. Plein de photos. Trop de photos. Des photos de touristes, de ces photos que l’on prend frénétquement sans trop réfléchir pour être sûr de se convaincre plus tard que oui, on y était. Et le tout avec un appareil tout pourri encore ! Enfin, je suis dur, mon premier appareil photo numérique, un Panasonic FZ2, a au moins eu le mérite d’accentuer mon goût pour la photographie. Pour le plaisir, l’excitation de capter un moment décisif, on repassera. Il est vrai qu’à -10°C, il ne fallait pas trop dépasser les dix secondes pour prendre un cliché, juste le temps d’enlever ses moufles, appuyer sur le shutter, et remettre ses pognes bien au chaud. Au-delà, le froid rappelle illico à vos vieux os qu’il n’est pas votre ami.

Bref, des photos prises sans les moufles, mais qui donnent l’impression d’avoir été prises avec ! Je les poste quand même histoire de développer la galerie « couleurs » et lui donner, en parallèle à des séries plus thématiques, d’autres plus traditionnellement « photolog ». Et puis quoi ! C’est le Yuki Matsuri de Sapporo, le genre de festivité mahousse qui compense la banalité des compositions et les faiblesse de l’appareil. Pour plus de détails sur le matsuri, voyez un de mes tout premiers articles. Là aussi, je ne suis pas loin de dire qu’il a été écrit avec des moufles mais enfin, faites excuse, Olrik a lui aussi été un p’tit bleu autrefois.

Bref, si vous avez envie de voir de la neige durant l’été indien, c’est ICI que ça se passe.

Du même tonneau (ou presque) :

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *