Pizzicato Five – Happy end of the band

Il y aurait beaucoup à écrire sur Pizzicato Five. Trop sûrement pour ma connaissance de ce groupe. Disons juste qu’il est l’un des groupes de pop japonais les plus connus, et quand je dis « connus », j’entends pas uniquement au Japon. Pizzicato Five (P5 pour les intimes), durant ses prolifiques 16 années d’existence, a su en effet franchir  les frontières pour toucher le public occidental.

Formé en 1985 par Yasuharu Konishi, le groupe, après plusieurs albums qui se sont avérés être des échecs commerciaux, a dû attendre 1990 et l’intégration de la longiligne Maki Nomiya pour réellement commencer sa carrière. Les albums et les hits se sont alors enchaînés avec une belle régularité et ont donner au groupe une place de premier ordre dans le paysage musical japonais des années 90.

Ce concert est le dernier filmé. Il n’y en aura sans doute pas d’autres car le groupe a décidé d’arrêter sa carrière en 1991. Sans être un inconditionnel de Pizzicato5, je dois dire que ce concert, en cette période de préparation des fêtes de Noël, se savoure comme une bonne boîte de chocolats. L’atmosphère intimiste qui se dégage de la mise en scène y est pour beaucoup : pas de foule hurlante, juste quelques privilégiés. L’éclairage est sobre, feutré. Maki Nomiya, toujours séduisante et jeune malgré ses 48 ans déjà, ne gesticule pas, ne hurle pas, mais chante, et elle le fait toujours très bien. Quant à la playlist et à l’orchestration, eh bien, c’est du Pizzicato5, c’est-à-dire que c’est une pop très clim’, à la fois dynamique et aérienne. Pour ceux qui aimeraient découvrir un groupe japonais qui fasse de la pop sans être de la Jpop (vous me suivez?) « P5 » peut être un groupe intéressant, à déguster confortablement installé sur son canapé.

1

21

31

Happy end of the Band est disponible en DVD chez cdjapan.

Quelques extraits vidéo :

 

Du même tonneau (ou presque) :

Lien pour marque-pages : Permaliens.

3 Commentaires

  1. Y’a pas mieux mieux que Pizzicato Five ! Gnark !
    Le DVD de ce concert etait aussi disponible dans un coffret de 6 DVD introuvable aujourd’hui mais que j’ai pu me procurer d’occasion sur Amazon, pour une petite fortune… Mais ça valait le coup !
    Nomiya-san est une merveille et Konishi-san un génie de la composition et de l’arrangement.
    Ils ne se sont pas séparés en 1991 mais en 2001. Depuis, Nomiya-san a fait des albums solo et des collaborations plus ou moins réussis. Konishi-san lui, fait beaucoup le DJ et produit plein de groupes, fait des arrangements pour d’autres, etc… En tout cas, ils restent très actifs.

  2. ils ont arreté vers 2005 – j’ai joué avec nomiya une fois – femme incroyable
    je conseille portable rock, le premier groupe de cette déesse

  3. Ouais, groupe génial, chaque nouvelle découverte d’un album passant toujours du « cool, mais toujours pareil quoi » au « bordel, mais quand même, quel putain de producteur Konishi, il les trouve où ses idées d’arrangement, et Miss Maki, quelle classe absolue quoi !! » au bout de quelques écoutes. Récemment me suis plongé dans This Year’s Girl, le premier album about Maki Nomiya au micro, pffff, impressionant la science du sample de Konishi. Leur discographie est un vrai bordel, mais j’ai jamais été déçu et toujours pas lassé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *