LIQUID (2015)

liquid-11

Sagara Shuichi, banquier à Tokyo, décide de démissionner alors que sa vie connaît un important tournant. Sa femme est partie vivre avec sa fille, agacée de voir un mari absorbé par son travail et pas assez concerné par l’idée de famille. Et cette idée prend encore plus de plomb dans l’aile lorsqu’il apprend que sa mère vient de décéder. Comprenant que sa vie a alors un arrière-goût de ratage dans les grandes largeurs, il décide de tout plaquer pour reprendre la distillerie familiale et fabriquer un saké qui doit atteindre des sommets. Pour cela, il fait appel à une vieille légende du saké, Washio Yusaku dit « le Démon »…

Après les aventures gastronomiques de Goro Inogashira, il me fallait bien enchaîner avec un drama consacré cette fois-ci à la pichte. Je n’eus pas longtemps à chercher si un tel drama existait puisque je m’aperçus que la NHK avait diffusé en avril une mini-série (seulement trois épisodes) intitulé LIQUID.

liquid-3 liquid-4 liquid-5 liquid-6 liquid-7 liquid-8 liquid-9b

Les 7 Mercenaires du saké

Ça tombait bien mais attention car celui qui espérerait retrouver l’esprit malicieux de Kodoku no Gurume tomberait de haut. Car on ne déconne pas avec l’alcool et encore moins avec le seigneur des breuvages du soleil levant, à savoir le saké.  D’humour, nous n’en aurons pas la moindre once, de la gravité et du didactisme (rien ne sera oublié concernant les différentes étapes de fabrication du saké), ça oui, la mini-série en offrant jusqu’à plus soif. Pas sérieux s’abstenir donc. Mais si vous êtes paré pour un trip hivernal pour suivre la quête sacrée d’une poignée de fous furieux dingues de l’art ancestral du saké, il y a de quoi rester charmé devant son écran et savourer ces plans nous montrant un liquide transparent et mystérieux et dont on devine qu’il y a dans son arôme et son goût un quelque chose qui le rapproche d’une boisson divine.

liquid 1

On est dans la même approche que celle du manga la Goutte des Dieux, l’alcool comme breuvage incarnant une idée de perfection et agissant comme un révélateur de la personnalité de celui qui le goutte et, en l’occurrence pour LIQUID, qui le fabrique.  Sagara comprend l’importance qu’ont pour lui sa femme et sa fille, tandis que Washio Yusaku, en trouvant l’étape ultime de sa carrière , jettera un regard sur ses erreurs passées et fera oublier son surnom de « Démon ».

liquid-10b

C’est court donc, seulement trois épisodes qui, associés à l’excellent casting (mention spéciale au vétéran Tsugawa Masahiko, parfait en patriarche atrabilaire de l’alcool), à l’ambiance hivernal et feutrée ainsi qu’à une musique traditionnel alternant cordes et percussion (magnifique générique de fin !), on est finalement sous le charme de ce qui, comme pour Kodoku no Gurume mais d’une manière radicalement différente, constitue un spectacle sensoriel qui, le générique terminé, donne aussitôt envie de se mettre à table. Seul regret finalement, qu’il n’y ait que trois épisodes. Mais à l’image du saké « Yuki Otomé » que l’équipe de Sagara parvient à élaborer, le plaisir n’est pas toujours lié à la quantité qu’on s’ingurgite.

liquid-12

Lien pour marque-pages : Permaliens.

6 Commentaires

  1. Du côté des fictions “culinaires”, j’ai récemment découvert le manga “Oishinbo” (je suppose que tu connais ?) et l’adaptation très fun de “Food Wars” (si tu es en manque d’idées…).

  2. Je crois que j’ai vu quelques épisodes de l’anime tiré d’Oishinbo. J’avais pas accroché plus que ça, faut dire que j’avais vu juste avant les délires de Yakitate.
    Sinon je connais Food Wars par l’affiche où l’on voit les mecs contre les nanas. J’envisage de me le mater un de ces quatre. En ce moment je suis dans Ramen Daisuki. 4 épisodes de 20 minutes, ça va.
    Sans rapport avec la bouffe mais le drama du moment à éviter me semble être l’adaptation d’Akagi avec pourtant l’excellent Tsugawa Masahiko dans le rôle du méchant. J’ai jeté un oeil au premier épisode, ça n’arrive pas à la cheville de l’anime.

  3. Et du coup tu avais maté “Shinya Shokudo” ? J’ai tenté de m’y remettre avec la saison 3 vu l’arrivée prochaine du film en vidéo, mais rien à faire : je trouve ça terriblement ennuyant passé la saison 1.

    Sinon, j’ai maté la saison 2 de “Hero” et j’adore vraiment ce drama, son côté screwball comedy… Ils ont bien retrouvé l’esprit de la saison 1 (pas si facile, vu le temps écoulé depuis).

  4. “Et du coup tu avais maté « Shinya Shokudo » ? ”
    Non, le coup classique, à chaque fois que je me dis que ça va être son tour, un nouveau drama fait irruption et du coup je repousse le visionnage. J’ai pourtant vu le premier épisode et il m’avait donné envie de continuer.
    Pour la saison 3 la question est juste de savoir si ça mouline autant que la saison 2 de True detective ou si l’on a encore de la marge. Il est très problable qu’il y ait trois fois plus d’action.

    Hero a l’air sympa, je tenterais bien même si je reste sur un échec avec I’m home.

  5. Merci d’avoir attiré mon attention sur ce “Liquid”… Je n’aurais pas craché sur quelques épisodes de plus (trois, c’est un peu court), mais rien que pour les paysages de Kanazawa (j’y ai passé deux belles journées voici trois ans) l’expérience fut fort plaisante.

    • “je n’aurais pas craché sur quelques épisodes de plus”
      Au premier épisode j’étais circonspect, au troisième j’étais vraiment déçu que ça s’arrête.

Laisser un commentaire