Portrait de photographe – Japanese Style

Un petit up comme on dit, parce que ça fait dix jours que je n’ai rien posté, et surtout parce que je ne peux faire guère mieux qu’un post dans la section photographie, empêtré que je suis dans un article drinkoldesque.

Don’t fuck with my big DSLR !

Je livre donc ces photos de ce jeune homme qui avait attiré mon attention lors de l’erekocha matsuri de Miyazaki. Posté fièrement sur une échelle, l’œil vif, la pétoire à la main, les pectoraux seyants, il m’en avait clairement imposé. J’avoue d’ailleurs avoir hésité avant de le shooter alors que je me trouvais à 3-4 mètres de lui. Mais un léger sourire me fit comprendre que je n’avais rien à craindre, moi misérable larve avec mon pauvre Nikon D70 et son objectif ridiculement court. Un remake du Lion et du Rat en quelque sorte…

Du même tonneau (ou presque) :

Lien pour marque-pages : Permaliens.

14 Commentaires

  1. V’là le genre de situation où t’as envie de bousculer le type de son échelle pour qu’il se ramasse la tronche sur le parterre, pour ensuite lui arracher son appareil de son cou (pas avec la tête parce que c’est pas bien et qu’il nous a rien fait) et pour ensuite se barrer avec sous le bras… ça c’est ce qu’UNE aimerait que je fasse dans le métro parisien. Pas fou ! Non mais… je cours pas assez vite. 🙂

    Marrant parce que sur la 1ère pic’, il me fait penser à un paon. Sérieux. Tout fier. On dit quoi déjà de ces mecs qui ont des gros flingues dans les films états-uniens ? Y a une vanne là-dessus, non ? Ca n’existe pas avec ceux qui exhibe leur gros objectif, lol. 😉

  2. Ce qui est frappant, de manière générale, c’est le nombre de japonais qui se trimbalent une quantité de matériel photo assez ahurissante pour les évenements, mais aussi des choses triviales. Du bon matos, mais t’as un peu l’impression de voir des reporters de guerre sur le terrain.
    Un de mes plus gros fou rire récent, et j’ai mis des heures à m’en remettre, c’etait au Kiyomizu Temple de Kyoto. Je dégustais un onigiri et un café chaud et devant moi je vois un pere de famille détacher l’enorme tripode qu’il avait en bandoulliere. Un truc du compet, limite c’etait sur vérin hydraulique avec mise à niveau calculé par des puces informatiques. Il le pose fierement, prend un temps infini pour le stabiliser, s’assurer que tout est bien en place. Ensuite il demande à sa famille de se placer en bas des marches pour poser sur la superbe photo qu’il va faire. La famille s’execute volontiers, et le mec sort un appareil dont je ne connais pas l’utilité, mais que j’estime etre un machin pour connaitre la luminosité. OK là j’ai affaire à un pro. Il pose son sac à dos, un truc renforcé enorme. Et sort son appareil pour le poser sur le tripod. L’appareil c’etait une sorte de mini compact tenant dans le creux de la main.
    J’en ai eu les larmes aux yeux un bout de temps, et je pense que le fils et la fille ont bien vu que je me foutais de la gueule de leur pere.
    Mon seul regret niveau photo au Japon, c’est n’etre jamais tombé sur un shooting culotte dans akiba, et pourtant j’ai battu le bitume.

  3. Sûrement un mec qui lit Soul Japan !

    Pose tes couilles et ton objectif mec !

    Clarence, trolleur

  4. @ ID : tu ne crois pas si bien dire. J’ai une autre photo de ce type dans lequel il tient son objectif bien dressé. L’analogie vient immédiatement à l’esprit :

    Pour le côté paon, cela vient de cette capacité qu’ont de nombreux japonais à mettre du style même dans les choses les plus insignifiantes.

    @ Guillaume : excellente anecdote qui me rappelle des scène similaires (quoique peut-être pas aussi gratinées). Moi, c’est dernièrement à Stockholm que j’ai assisté à une scène de ce style. Sur un banc, j’avais à côté de moi un vieil Italien qui tripatouillait un appareil photo comme je n’en avais jamais vu. Imagine ce que pourrait donner un appareil par Doc dans Retour vers le futur, ça te donnera une idée. Malgré tous mes efforts, je n’ai pas pu voir la marque de l’engin. Tiens, je me souviens d’un truc : il y avait un système de piston !
    Pour le shooting culotte, coïncidence, j’ai une idée d’article pour DC qui me trotte dans la tête depuis quelques temps…

    @ Clarence : Maintenant que tu le dis, c’est très possible et je ne suis sûrement pas passé loin de la petite correction. Qu’aurais-je fait si le gars était descendu de son perchoir d’un air menaçant ? À part aller supplier de me protéger les puissants joueurs de taiko qui se trouvaient derrière moi, franchement, je vois pas.

    Olrik, grand mais pas non plus musclé comme Bronson.

  5. Salut les gars. En sus du côté phallique de l’objectif, y’a aussi un truc bizarro auto-érotique avec son escabeau-gode qui lui titille le fion. Le mec est en train de faire plaisir à sa prostate en public à mon avis.

    Bravo pour les photos, c’était courageux !

  6. @ Ju :
    Bon, autant être clair : ce type est en fait un lecteur de Drink Cold, je ne vois pas d’autres explications.
    Bienvenue en ces pages où je me ressource entre deux couenneries drinkcoldiennes.

  7. Enorme la photo!! (celle du commentaire)
    J’ai un traumatisme d’enfance des appareils photos, ou plutôt de ces sacoches énormes, lourdes, avec une lanière bien cissaillante .. à te foutre en l’air randonnées et promenades en ville et donner envie de balancer le truc violemment dans un ravin! Une des raisons pour lequel je me suis jamais essayé à la photo 😀

  8. Bon, si on compare nos quéquettes numériques, avec mon ricoh grd, je ferais pâle figure. Mais c’est comme pour les voitures, gros zoom = petite bite.
    Non mais plus sérieusement, size doesn’t matter en photo, quoique j’aimerais bien avoir un big long zoom de temps en temps (sur mon appareil photo j’entends). Ça a un côté voyeur surpuissant.

    Bouffe-tout, très spirituel en ce dimanche matin.

  9. @ Martin :
    Je comprends ça, c’est vrai qu’il faut parfois un peu de motivation. Je ne l’ai jamais ressenti douloureusement, je me suis toujours accomodé de la présence de mon appareil. Je déconseille toutefois le combo appareil photo + caméra numérique. C’est ce que j’ai testé lors de mon dernier voyage au Japon et franchement, c’est un peu pénible de jongler entre les deux. En revanche, ces nouveaux réflex qui font de la vidéo HD me semblent une bonne alternative, si on est intéressé à l’idée de rapporter des souvenirs vidéos bien entendu.
    Tiens, rien à voir, j’ai vu hier Confessions. Tu l’as vu ? T’as aimé ? Ou pas?

    @ Bouffe-tout : il faut toujours être spirituel le dimanche, c’est une journée qui sent tellement la loose, on n’a pas d’autres solutions que de se la jouer graveleux et contrepets si l’on veut franchir gaillardement ce pénible cap.

    Gros zoom = petite bite. Tout est dit. Qu’on se le mette une bonne fois pour toutes dans le crâne : une photo prise à vingt mètres avec un gros zoom n’aura jamais le même impact qu’une photo prise au plus près du sujet ! Oublie donc ces zooms de lopettes. Par contre, je t’encourage chaleureusement à suivre les exemples de cette bande annonce :

    Bon, je retourne à mon article bijinesque, livraison prévue pour ce soir.

  10. Le pire c’est que je pense que le photo pourrait m’interresser bcp, mais j’ai une sainte horreur de me trimballer tout un fatras sous le bras! Pas encore vu ce Confession, ça semble plutôt être du genre « love or hate » si j’en crois les échos du public. En tous cas il y a un projet esthétique affirmé, c’est pas mal dans cet impitoyable univers de films « TV-Drama » 😀

  11. Effectivement, j’ai vu des réactions plus que mitigées (sur Asiafilm notamment) qui m’ont semblé un peu injustes.
    C’est encore un peu trop frais, j’attends avant de me prononcer au détour d’un article, mais j’ai effectivement trouvé que les parti pris esthétiques apportaient un vent frais, même si on peut les critiquer pour telle ou telle raison.

  12. Ca m’étonne aussi cette virulence des détracteurs (et m’attriste aussi, comme si celui qui a aimé le film est forcement « malhonnête »… cf le commentaire sur asiafilm)

    Fait gaffe quand même si tu fais une review, il y a un gros troll qui rode 😀
    http://echecetcinemat.wordpress.com/2011/01/15/kokuhaku-nakashima-tetsuya-2010/#comment-224

  13. C’est le même apparemment que celui qui a laissé un commentaire sur Asiafilm. Le genre à asséner les arguments au marteau-pilon. La technique de la terre brûlée en fait, après de tels commentaires, impossible de donner une opinion contraire à moins de passer pour un débile, un niais, un démago, un naïf, etc. etc. Bon, on verra bien…

    Reste que cette virulence est franchement disproportionnée. Et c’est quelqu’un qui a détesté Kamikaze Girls de la première à la dernière seconde qui le dit ! Autant dire que j’étais très méfiant au moment de visionner Confessions. Eh bien j’ai plutôt passé une bonne soirée et il n’est pas impossible que je le remate dans la semaine.Ouais, je crois bien que je vais me fendre d’un article.

  14. « Confessions » me botte bien. Hâte de voir ce que cela donne. En tout cas le trailer m’a conquis, maintenant je sais que les trailers et autres teasers faut faire gaffe mais je suis confiant.

    Aujourd’hui, Martin plus besoin de te trimballer avec tout un fatras sous le bras pour la photo. Même les « gros » appareil, style réflex ont leur sac à dos notamment, ergonomique, facile à adapter en situation réelle (qu’est-ce que j’entends pas « situation réelle », sais pas), grâce à une prise en main de l’appareil sans même enlevé le sac du dos. Quant au trépied, la même. Tu as des trépied fonctionnel, qui ne prenne pas de place, bref… bon moi, je suis plus caméra qu’appareil photo et ouais je suis un Sogo Ishii et non un Christopher Doyle, lol. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *