(Poster) Document : Pervert Woman’s Onsen Peeping (1975)

Shinya Yamamoto aime les femmes nues. Shinya Yamamoto aime les onsens et les bains publics. De 1969 à 1979, Shinya Yamamoto a aimé réaliser des pinkus (cinq au total) montrant de belles jeunes femmes nues dans les onsens et les bain publics. Dokyumento : chikan onna-yu Nozoki est l’un de ceux-là :

Voilà ce que j’appelle se rincer l’œil plutôt deux fois qu’une : une fois bien rincées par l’atmosphère vaporeuse de ce bain public, les pupilles ont le plaisir d’admirer ce lieu de tous les fantasmes que sont les bains publics féminins.

On devine des films légers et de fait, Yamamoto, considéré comme un des pères fondateurs du pinku eiga, a commencé sa carrière en réalisant des films érotiques divertissants, très éloignés de l’atmosphère glauque des FOUR DEVILS évoqués récemment.

Je n’ai malheureusement vu aucun de ces 5 films où dominent les savonnettes et les corps de femmes barbotant allégrement dans des bassins. Mais j’imagine bien volontiers le grand intérêt « documentaire » comme évoqué dans le titre.

Du même tonneau (ou presque) :

Lien pour marque-pages : Permaliens.

3 Commentaires

  1. j’aime bcp le tue fantasme total que constitue l’image de fond, avec une sorte de Heidi japonaise.

  2. Je crois qu’on peut y aller carrément : c’est bien Heidi puisque l’anime date de 1974. Juxtaposition pleine de malice effectivement. Après, « tue-fantasme », là je t’avouerais que le voyeur que je suis n’a d’yeux que pour la plastique et les aisselles poilues de la dame au premier plan! 🙂

    Sois le bienvenu sur ce modeste blog. Les bulles y sont parfois un peu acides mais jamais bien méchantes.

  3. j’hesitais sur Heidi, le haut de la tenue me parlait (la chemise jaune de la plus haute classe), mais je voyais sa jupe plus longue dans l’anime de NIppon Animation. M’enfin bon ! n’empeche que meme en mode voyeur j’ai du mal à m’enlever cette image des yeux, au détriment de la jeune femme se préparant surement pour un soap massage
    (sinon je passe souvent lire ici, mais je commente peu)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *