Le Musée Tezuka

Il faut arrêter avec le musée Ghibli. Tous les touristes y sont allés, cela n’a plus rien d’original et je dirais même que cela commence à faire miteux quand on voit la trajectoire crépusculaire du studio. Non, quitte à visiter un truc cool qui sent bon le manga et l’anime, truc beaucoup plus confidentiel et partant moins encombré par des hordes de touristes trainant une marmaille hurlante, autant aller du côté de Takarazuka. Moi, en tout cas, en ce début de journée du 9 août 2014, alors qu’il y avait un temps dégueulasse du fait d’un typhon rôdant dans le coin et qu’il fallait bien divertir les chères petites têtes brunes en vacances, je n’hésitai pas : direction Takarazuka non pas pour voir la célèbre troupe théâtrale mais le musée Tezuka.

Arrivés à la station après une demi-heure de train à partir de Takatsuki, il faut suivre le parcours fléché constitué de pancartes où figurent Atomu ou princesse Saphir. Facile, même pas besoin de consulter un plan, il faut compter dix minutes / un quart d’heure pour joindre le musée. Facile mais dans notre cas épique puisque l’averse qui nous accompagna tout le long du trajet nous fit arriver trempés comme des soupes malgré nos deux parapluies. Deux pour trois personnes : Olrik jr, Olrik the 3rd et moi-même, Madame nous ayant bassement abandonnés pour aller voir une amie du côté de Kobe durant la matinée. Je ne ferai pas plus de commentaires…

musée tezuka 1 musée tezuka 2 musée tezuka 3

Bref pas trop le temps d’admirer de près la statue de Phénix ou les colonnes extérieures et leurs beaux médaillons sculptés représentant des personnages emblématiques de l’univers de Tezuka. Arrivés dans le hall d’entrée un jette un œil à la déco et on se dit tout de suite que la visite ne devrait pas trop mal se passer :

musée tezuka 4 musée tezuka 5

Le temps de se sécher un peu et d’acheter les tickets, on jette d’abord un œil à la grande salle du rez-de-chaussée consacrée à la vie de Tezuka. Au programme objets en tous genres, belles figurines représentants le maître ou encore mangas dessinés dans sa jeunesse.

Puis direction le sous-sol. Avant cela direction les toilettes pour Olrik the 3rd, petit détour par un couloir qui a permis de voir que même les endroits les moins intéressants n’ont pas été oubliés :

musée tezuka 10 musée tezuka 11

Au sous-sol, c’est l’atelier manga et dessin animé :

musée tezuka 12

Autant dire un endroity très intéressant pour les lardons puisque avec ce décor de S-F et tous ces ordis avec des applications ludiques à disposition, c’était l’assurance de claquer du mulot et de cliquer du bouton, activités qui ont au moins le mérite de laisser les parents tranquilles un moment.

musée tezuka 13

clic… clic… clic… clic…

Les laissant découvrir les jeux un quart d’heure, j’allai près de saint Osamu pour y aller de ma petite prière :

musée tezuka 14

La période vidéo-ludique terminée on prend l’ascenseur pour filer au premier étage. Une exposition peu intéressante nous y attend.

musée tezuka 16

Certes il y avait quelques beaux dessins, comme celui-ci, mais le reste était consacré à un mangaka contemporain qui avait réalisé des dessins en rapport avec l’univers de Tezuka. Sur la papier on se dit que ça pouvait être intéressant, le résultat m’a laissé totalement indifférent. L’expo (assez petite) a donc été balayée rapidement et je rejoignis la chair de ma chair…

musée tezuka 19musée tezuka 18

En train de cliquer du mulot !

Très bien, ça me laissait toute lattitude pour inspecter tranquillou les autres espaces du premier étage.

 Ici l’atelier dessin animé :

musée tezuka 20

… avec derrière tout plein de vitrines remplies de belles pièces :

musée tezuka 21 musée tezuka 22

Là le coin lecture où j’imagine que l’on peut trouver l’intégralité de l’œuvre de Tezuka :

musée tezuka 23

Juste à côté le café pour y siroter une boisson avec le roi Léo et ses potes :

musée tezuka 24

Enfin (et bien évidemment) la boutique du musée :

musée tezuka 25

Hum ! Vais-je être raisonnable ou pas ?

On y trouve une marchandise est très accessible, on n’est pas dans le merchandising Ghibli souvent très onéreux. Des babioles (porte-clés, badges, cartes postales, gâteaux et bonbons, protège-documents, t-shirts, gashapons, posters…) mais des babioles joliment faites. Et pour celui qui veut ramener des cadeaux qui déchirent, il y a aussi de quoi aussi satisfaire son vice (figurines en édition limitée, jolies reproductions…).

Après être passé à la caisse, direction le rez-de-chaussée pour la salle de cinéma :

musée tezuka 34

Comme pour le musée Ghibli, il y a un roulement de plusieurs courts-métrages (quatre en tout). Là, on est tombé sur Osamu to Musashi (Osamu et l’insecte), petit film centré sur l’intérêt de Tezuka pour les insectes mais aussi sur ses débuts de mangaka. Simple, intégralement musical, le film a un petit côté Fantasia de par sa thématique et la qualité de la réalisation (Rintaro aux commandes, tout de même).

J’aurais préféré voir sur grand écran un court métrage réalisé par Tezuka lui-même mais enfin, on aurait pu plus mal tomber. Le programme plut en tout cas sans problème aux enfant et c’est ravis que nous sortîmes de la salle puis du musée pour… nous refarcir les quinze minutes de marche sous une pluie toujours bien atroce. Direction Osaka pour rejoindre Madame du côté du grand magasin Hankyu et déjeuner ensemble. Histoire de vaincre définitivement l’humidité qui était en train de ronger mes vieux os, un steak frites vint bien opportunément à la rescousse.

steak frites

Il fallait bien cela pour reprendre des forces. J’allais en avoir besoin puisque je fus à ça de paumer Olrik jr dans Dotonbori. Mais ça, c’est une autre histoire…

BONUS ! Envie de tester la marchandise avant d’acheter ? Simple étudiant qui n’a même pas une thune pour se payer une roteuse (alors, un voyage au Japon, vous pensez !) ? Pas de panique voilà de quoi saliver “comme si on y était”. On ne peut pas encore acheter les produits de la boutique ou tailler une bavette avec la serveuse du bar mais patience ! sûr que dans quelques années ce sera jouable.

 

 

 

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *