Chasseur de Vierges (Kurahara Koretsugu – 1977)

Se mater du bon vieux pinku made in Nikkatsu tient souvent du quitte ou double. Ou bien l’on abdique au bout de vingt minutes, sûr que, non, rien décidément dans le film lèvera en vous un un quelconque intérêt (et lèvera encore moins autre chose), ou bien justement un élément … Lire la suite…