La sœur du bouquiniste pervers aime les gashapons

kabukicho2

24, 25 et 26 juillet.

Après Osaka et Kobe, direction Kyoto pour la journée du 24. Après là aussi, comme pour Osaka, un petit quart d’heure de train pour s’y rendre à partir de Takatsuki, on file vers le musée du manga puis vers le centre en début d’après-midi. Là, miséricorde ! il se met à tomber des hallebardes comme seul le Japon est capable d’en balancer l’été. Fort opportunément, une arcade commerciale s’offre à nous pour nous abriter le temps que le déluge passe (une bonne heure quand même) :


Agrandir le plan
C’est là que je vis ce petit bouquiniste :

bouquiniste Kyoto

Heureux hasard, je cherchais les éditions originales de Lettrines 1 et 2 de Gracq ! J’entrai plein d’espoir et, après quelques explications hésitantes en japonais, le gus me conseilla d’aller plutôt voir du côté de Kabukichô, à Shinjuku. Là, pas de doute, je trouverais les deux volumes tant convoités. Cela tombait bien car le lendemain, nous étions à Tokyo. Après un dîner justement du côté de Shinjuku avec des amis de Madame, je les laissai discuter en fin de repas pour prendre la température de Shinjuku avec mon réflex et essayer de trouver mes Gracq. Malheureusement, à défaut de paires de livres je tombai plutôt sur ce genres de paires :

kabukicho

Pas de doute, je trouvai bien deux beaux volumes. Et à chaque devanture d’échoppe même ! Mais je n’osais trop m’y aventurer pour les palper, on a sa conscience hein ! Joli galopin que ce libraire en tout cas. Un amateur des potacheries des Torakku Yarô sans doute.

Le lendemain, pendant que Madame se préparait à l’hôtel, direction Ueno avec Olrik Jr pour lui montrer au parc la statue de Saigo Takamori. Après celle à Kagoshima qu’il avait vue lors du précédent voyage, il fallait bien qu’il voit celle-ci :


Agrandir le plan

Puis impossible d’y couper, je veux parler du magasin de jouets en face de la station de Ueno et qu’Olrik Jr avait bien évidemment aperçu sur le chemin du parc :


Agrandir le plan

Comme de bien entendu, une hordes de machines à gashapons protégeait le magasin frontalement et lattéralement. On aurait bien tort de croire qu’elles ne tentent que les gamins. Tandis qu’Olrik Jr butinait d’une machine à l’autre avec quelques piécettes, j’y vis une jeune femme qui y reste bien cinq minutes à observer la bouche ouverte les différents trésors que proposait les machines. Loin de moi l’idée de lui jeter la pierre. J’avoue avoir cédé plus d’une fois devant ces petits bouts de machin en plastique à la finition parfois étonnante.

gashapon

Du même tonneau (ou presque) :

Lien pour marque-pages : Permaliens.

7 Commentaires

  1. Un peu déçu par ce magasin de jouet à Ueno, pour ma part.

    Je préfère ce qu’on peut trouver du côté de la Nakano Brodway…

  2. Rhôô l’autre, on lui propose un magasin de jouets de 5 étages et il est « déçu » !
    Le Yamashiroya a quand même un avantage : sa situation, avec juste derrière l’excellent marché d’Ameyoko. Le quartier de Nakano m’a paru plus banal. Quant au Nakano Broadway, c’est quand même plus une caverne d’Ali Baba qui plaît avant tout aux grands enfants collectionneurs. En cela il est plus intéressant que le Yamashiroya. Après, je ne m’y risquerais pas avec mes gosses, de quoi devenir rapidement maboul (déjà, rien que le gigantesque rayon jouets de l’Aeon du coin, c’était super chaud).

  3. Oui, Nakano ne vaut que pour la Nakano Brodway… Mais les petites rues latérales ont du charme :

    http://img4.hostingpics.net/pics/71593050TokyoNakano.jpg

    Et on y trouve une vraie caverne d’Ali Baba pour cinéphiles : un magasin qui vend des affiches de films originales à des prix fort raisonnables (il pourrait ajouter un zéro au prix s’ils les vendaient sur le net).

  4. Je ne suis jamais tombé sur ce genre de magasin au Japon. Du coup une halte au Broadway lors du prochain voyage sera peut-être de mise. Pas forcément évident, c’est le genre d’endroit qu’on n’a pas forcément envie de visiter en coup de vent mais en prenant son temps. Je me souviens que la fois où j’y étais allé, j’étais seul et je voulais y consacrer seulement une petite heure. Ça s’est vite transformé (plaisamment je dois dire) en 2-3 heures. Plus délicat à faire maintenant avec la famille. Difficile de faire comprendre à madame tout l’intérêt à visiter le trentième magasin de gashapons pour y trouver de rares figurines de Cobra.
    Sinon sympa effectivement la petite rue. Elle doit être agréable à l’oeil quand la nuit tombe.

  5. Eh bien à toi de juger : la même rue, à la nuit tombée, photographiée lors d’un précédent voyage :

    http://img15.hostingpics.net/pics/97395587TokyoNakanoquelquespasdelaNakanoBrodway.jpg

  6. Un Dotonbori en miniature. J’imagine d’ici les sons et les odeurs 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *