(poster) Akira (affiche française de 1991)

Quand le jeune Olrik s’engouffra dans la salle obscure en une après-midi du mois de mai 1991 pour voir Akira, il n’était guère inquiet, il savait que ce ce qu’il allait découvrir allait être fabuleux. Du coup, nul besoin de guider son choix par le biais hasardeux d’une affiche à l’entrée du cinoche. Et c’est tant mieux car pour le spectateur néophyte en matière d’animation japonaise, il était vraisemblablement difficile de risquer trente ou quarante francs pour aller voir ce machin :

gasp!

A une époque où introduire le manga dans le marché français de la BD, et présenter des films d’animation à un public peu averti était prendre un gros risque commercial, on se demande bien ce qui a pu passer dans la tête du distributeur pour valider une affiche aussi hideuse. Montage foireux, personnage qui semble avoir été reproduit sur papier calque et colorisé aux crayons de couleurs, voilà comment apparaissait sur les trottoirs ce qui était présenté comme le renouveau de l’animation japonaise, loin, très loin des séries bon marché déversées au Club Do’.

Las, les 10 pauvres copies ne suffirent évidemment pas à faire d’Akira un succès. Si je me souviens bien, les critiques dans la presse n’étaient dans leur ensemble pas si mauvaises. Après, de là à payer son ticket pour voir un film dont l’affiche donne l’impression d’avoir été torchée par deux collégiens faisant du fan art avant l’heure, il y avait un pas que bon nombre de badauds hésitant avant de choisir leur film n’ont pas franchi.

Allez, pour se laver les yeux, l’affiche japonaise et la B-A jap’ d’origine :

Du même tonneau (ou presque) :

Lien pour marque-pages : Permaliens.

16 Commentaires

  1. Mmm, pas mal en effet. Ca donne envie !
    Il manque juste une analyse du film par le Docteur Eiga en dessous de l’affiche, pour que le tableau soit complet…

    Quand je pense qu’il y a une grande rétrospective Otomo en ce moment à Tokyo… Snif…

  2. Indeed, jusqu’à la fin mai :
    http://www.otomo-gengaten.jp/
    Ça a l’air d’être quelque chose. Rien que le sac de la boutique déchire grave :

    Apparemment le concepteur du sac n’est pas le même que celui de l’affiche française.
    Et il paraît même que Kaneda a fait le déplacement !

    Cela dit un Kaneda qui ne franchit pas très bien le cap de la quarantaine.

  3. Hé bien voila, je débarque a peine sur bullesdejapon que la buvette m’est interdite d’accès par la firme Chinistanaise.

    Raison invoqué D-K est sur wordpress et WP est forbiden dans l’empire du milieu !

    chiennasse de vie !!!

    Bref, Kaneda et trou l’cul mais il ferait bien d’arréter de boire de la bière!

    (je suis tombé dans la soupe d’Akira En 93/94 … en Bédé … putain ca me rajeunit pas)

    Asta la vista bébé

  4. Tiens ? Hello !
    Très curieuse la raison invoquée car mon blog est un blog wordpress. Cela dit il se passe un truc curieux depuis hier concernant la buvette. Même pour nous (les clients comme les serveurs), impossible d’y accéder, on a droit à un message d’erreur de l’hébergeur. J’espère que c’est pas ta récente menace de faire un article sur la C-pop qui nous a valu ce sabordage ! Oui, quand j’y pense, vraiment curieux ton message d’erreur… si le père Boddicker a des infos là-dessus, je suis preneur.
    Bon sang, moi qui était chaud comme la braise et avais un nouveau drama à poster ! Ah, j’oubliais que tu n’as pas accès non plus à youtube, décidément, je me demande comment tu fais pour survivre. 🙁
    En tout cas content d’apprendre que BdJ est accessible en Chine. Tiens, ça me rappelle un vieux commentaire d’un internaute chinois qui m’avait dit tout le bien que lui faisait la consultation du site. Je veux bien le croire, c’était à l’époque où je faisais pas mal d’articles « bijins de la semaine »…
    Sinon, je te propose quoi ?
    Olrik, juste des boissons chaudes à proposer en attendant le retour des fraîches.

  5. Houlà ! maintenant quand on va sur DC, on est dirigé sur l’ancien site ! Bordel Sukyaki, qu’est-ce que t’as foutu ?

  6. Mince alors, un hacker fan de K-Pop ?!!

  7. Un hacker, un mec qui a effectivement déposé une plainte, que sais-je ? Le seul truc que je peux dire c’est qu’hier, en me connectant sur la console d’administration de DC, j’ai remarqué un truc bien chelou dans les stats. 15 minutes après pouf! DC disparaissait. Comme diraient les Dupondt, « bizarre autant qu’étrange! »
    Olrik, en mode inspecteur Clouzot.

  8. A cette epoque, a Grenoble, un seul et unique cinema avait propose Akira en salle. Le 5 salles juste en face de l’ arret du bus qui me trimballait jusqu’au lycee.
    Kaneda est apparu sur une affiche un mercredi et me regardait droit dans les yeux pendant que j’attendais mon bus de 17h35. Les horaires de programmation ne pouvait pas etre plus tordues : mercredi et week-end 10h30 et 16h00…
    Par contre, je suis surpris. Ce n’ etait pas cette affiche francaise mais une affiche sombre avec Kaneda debout son laser dans la main avec ecrit en gros AKIRA en rouge sur un fond de Neo-Tokyo gris. L’ affiche etait tres sobre. La promo avait ete quasi inexistante. L’emission sur Canal+ « l’oeil du cyclone » avait mis des extraits en avant. (l’affrontement Kaneda-Tetsuo dans le stade). Un enorme coup dans l’ estomac pour l’epoque en France.
    La VHS est sortie tres rapidement derriere chez TF1 video est tous les jobards de l’epoque qui attendaient pendant des mois les nouveaux tomes de chez Tonkam et Glenat des 3 ou 4 series de manga disponibles se sont precipites sur la VHS. Il fallait brancher 2 magnetoscopes pour copier une VHS et le film s’est finalement repandu partout.
    Akira, c’est un virus.

    Le Doc, Geek des nineties

  9. Hé hé, tu résumes assez bien l’époque. Il fallait profiter des moindres occasions pour faire son miel. Je me rappelle ainsi que Giga, l’émission des ados (qui, avec du recul, me semble pas si mal), avait fait un reportage sur Akira au moment de sa sortie, avec notamment des extraits de la guéguerre entre la bande de Kanéda et les Clowns. Ça calmait ! J’étais d’ailleurs allé le voir avec mon paternel qui était curieux de ce truc qui me passionnait et qui ne perdait jamais une occasion de dauber sur l’animation nipponne. Ça l’a calmé aussi.
    La VHS ? là aussi un souvenir, celui d’aller me le procurer ventre à terre le jour de sa sortie dans le centre ville de Nantes. J’ai dû la bazarder depuis. Cétait l’époque où des mots tels que J-pop, yakuza eiga, pinky violence, chambarra et j’en passe m’étaient totalement inconnues. Souvenirs…
    Olrik, ma vie.

  10. Ce qui m’avait marqué le plus concernant AKIRA, c’était la publicité qu’avait fait Glénat à l’époque de la sorti du Manga, sur la der de couv de son magazine Vécu que mon paternel avait la bonne idée de se procurer régulièrement.

    Sous une tête d’un Testuo pas énervé et coiffé avec un pétard titrait fièrement cette accroche : « AKIRA, c’est violent et c’est beau. »

    peu de temps aprés je me faisais péter le tome 4 (unique tome que j’avais pu trouver à la Fnac de Toulon à ce moment là) et malgré le fait d’une mécompréhension partielle de la trame, le choc graphique et narratif fut violent.

    Du coup j’ai enchaîner sur le tome un et la VHS (qui doit trainer dans un coin chez mes parents).

    C’était en 92 / 93… il y a 20 ans… BORDEL !

    (sinon des news pour DK?)

  11. null
    Oui, Glénat avait vu les choses en grand, je crois même qu’il y avait des pubs à la radio. Le tome 4 n’est à mon sens pas le meilleur mais comme pour beaucoup de personnes, le découverte de quelques planches d’Akira suffisait à créer un choc.
    Pour moi, c’était le tome 12 en fascicule, dans les kiosques, à une époque où je m’intéressais (ou tentais de m’intéresser) aux comics. Ce pseudo engouement a été vite plié quand j’ai eu ce fascicule entre les mains.

    Pour DC, je sais juste que le site réapparaîtra mais sous une nouvelle forme. Quand ? That is ze questieune.

  12. Yep.
    Akira est devenu depuis lors une de mes références absolus, tant sur le fond que sur la forme … et cette affiche française pue vraiment du zgeg… à croire que le mauvais copiste n’a même pas vu (à l’époque tout du moins) le film, ou le Manga : depuis quand un LASERgun produit de la fumée, c’est pas une flingue à poudre bordel.

  13. De toute façon, que ce soit pour l’affiche ou la VF, on était un peu dans l’amateurisme. Si tu te souviens, dans la VF ce n’est pas « Kaneda » mais « Kénéda » (indiquant que la traduc’ avait été faite sur la evrsion ricaine) et lors de l’unique scène où l’on entend parler lady Miyako, eh bien on entend une voix virile !
    Bref, en matière de respect de l’oeuvre originale, il y avait encore du boulot.

  14. C’est vrai que plus masculine que ça tu meurs.
    Je me rappel d’ailleurs avoir été choqué par ça voix en regardant le film.
    J’avais lu le Manga avant de voir le film en VHS et c’est effectivement le genre de détail qui m’avait fait sursauter.
    Mais même en VO la voix de Lady Miyako n’est pas très féminine si je me souvient bien !
    … je viens de vérifier : 42 minutes 50 …
    C’est une voix de vieille femme, un poil aiguë mais assez roques tout de même, ça peut prêter à confusion pour qui s’en fou un peu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *