Takeshi Terauchi and The Bunnys, Lets Go Classics !

Qu’est-ce qui est préférable ? Du classique jouant des standards du rock, comme a pu le faire, par exemple, Cathy Berberian, ou au contraire du rock interprétant des airs classiques ? On serait tenté de préférer plutôt la première option tant le risque dans la deuxième pourrait être de tendre vers une certaine prétention ou une ironie un peu facile.

Eh bien, grâce à Takeshi « Terry » Terauchi and the Bunnies, apprêtez-vous à entendre le classique comme vous ne l’avez entendu, et cela sans prétention, et sans ironie. Beethoven, Tchaikovsky, Schubert, Brahms, Bizet, tous ces grands compositeurs ont sans doute été ravi d’apprendre dans leur tombe que certaines de leurs oeuvres allaient passer à la moulinette du rock. Et attention ! pas n’importe quel rock : le surf rock ! Oui, ce rock qui a sévi à partir de la fin des années 50 en Californie, et qui a connu son apogée avec les Beach Boys.

Pari risqué, hein ? Est-ce bien raisonnable, les guitares Mosrite sur la sixième de Beethoven ? A la première écoute, de cet album, dès les premières secondes, je me suis dit : « Non, c »est impossible, je ne tiendrai pas ». Et puis, les morceaux s’enchaînant, j’ai ressenti une certaine sympathie envers la démarche. Plus précisément, une sorte de tolérance amusée devant ces interprétations drôlatiques et, à leur manière, virtuoses. Car, sachez-le, le leader du groupe, Takeshi Terauchi, n’est pas non plus n’importe qui. Il fut ce que l’on peut considérer comme le premier « Guitar Hero » du Japon (inévitablement, certains ne vont pouvoir s’empêcher de sourire à ces mots). Il commença sa carrière en jouant de la guitare rythmique dans un groupe country, « Jimmy Tokita and The Mountain Playboys ». Puis il forma en 1962 son propre groupe, « The Blue Jeans ». Il le quitta en 1966 pour former « The Bunnies », groupe qu’il quitta en 1967 pour reformer « The Blue Jeans », groupe avec lequel il joue encore aujourd’hui (tout le monde a suivi ?).  Mais trêve d’histoire. Allez découvrir la virtuosité du bonhomme sur les videos ci-dessous et voyez combien on peut lui appliquer ce mot cher aux Beach Boys : fun

 

J’allais oublier le tracklisting de Let’s Go Classics :

01. Theme from Symphony No. 5 (Beethoven)
02. Theme from Swan Lake (Tchaikovsky)
03. In a Persian Market (Ketelbey)
04. Flight of the Bumblebee (Rimsky-Korsakov)
05. Sabre Dance (Khachaturian)
06. Theme from Unfinished Symphony (Schubert)
07. Hungarian Dance No. 5 (Brahms)
08. Toreador Song from Carmen (Bizet)
09. Danube Wave Waltz (Ivanovici)
10. One Fine Day from Madame Butterfly (Puccini)
11. For Elise (Beethoven)

Du même tonneau (ou presque) :

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *