Tintin à Tokyo

tintin-au-japon

     En résonance avec le précédent article sur Ryû ga gotoku. Je me suis souvenu de cette photo prise dans une des rues de Shibuya. J’ai accentué volontairement le contraste de l’image afin de faire ressortir les couleurs des enseignes lumineuses et donner l’impression d’un certain flottement. Car marcher au milieu de ces rues, surtout pour le touriste moins habitué que les Tokyoïtes, a de quoi vous envoyer sur un petit nuage. Même si j’aime pas beaucoup ce film, je trouve que le début de Lost in Translation, avec l’arrivée de Bill Muray en taxi à son hôtel, montre bien l’ébahissement que peut être celui d’un étranger arrivant dans ce type d’endroit. La scène se passe de nuit, le personnage a l’air un peu endormi, sans doute un peu abruti de son voyage lorsque les lumières de Shinjuku (il me semble qu’il s’agit de ce quartier) arrivent. On entend une musique (« Girls » de Death in Vegas, chanson éthérée sans paroles assez bien choisie en l’occurrence) qui arrive elle aussi comme un chuchotement puis qui est peu à peu amplifiée, coïncidant alors avec le défilement des lumières sous les yeux ébahis de l’américain. Ce spectacle agit comme un coup de fouet, le secoue de sa torpeur. Il se repositionne sur son siège et se rapproche de la fenêtre pour bien observer, pour ne pas en perdre une miette. Les yeux grand ouverts, il contemple un décor que tout un chacun a déjà vu dans des films ou des reportages sur le Japon, mais qu’il est toujours édifiant de voir en vrai. Imparable.

Dans un style sensiblement identique, voir mon article sur Dotonbori.

Du même tonneau (ou presque) :

Lien pour marque-pages : Permaliens.

5 Commentaires

  1. Je vais faire pisse-froid mais quand je suis arrivé pour la première fois à Tokyo, ma seule réaction fut « mouais, on dirait Manhattan, mais en plus japonais ».
    😉

  2. New York fait partie de ces villes que j’aimerais voir un jour. Et justement, ta remarque m’y fait penser mais le personnage de Bill Murray, on peut penser qu’il connaît Manhattan et malgré tout, l’effet claque dans la gueule de Shinjuku fonctionne sur lui.
    Ouais, faut vraiment que je vois New York un jour pour pouvoir comparer – entre autres choses.

  3. Bon maintenant, je suis le cas particulier dans l’histoire je pense, vu que je dois être une des seules personnes au monde que Tokyo laisse insensible (pas exactement insensible, mais bon pas loin).
    Mais bon, de base, j’aime pas vraiment les grandes villes, sauf NYC étrangement, et du coup, j’ai du mal à ne pas comparer avec New York toutes les autres grandes villes que je découvre (et à mes yeux aucune ne lui arrive à la cheville jusqu’à présent – mais Osaka a du potentiel, je ne la connais juste pas assez).

    • Ouais, Osaka est une étrange créature avec un potentiel certain que je me promets bien de fréquenter systématiquement lors de mes prochains séjours.
      Pour NY, je suis sûr d’une chose : c’est une ville que je ne peux qu’aimer.

      Olrik, Taxi Driver et Gary Winogrand addict
      null

  4. Sympa de tomber sur des vieux articles (pour moi c’est pas le RSS qui m’y a mené, ce sont vos com.) Et la photo est géniale!
    David tu n’es pas le seul dans ce cas, tu le sais bien. Personnellement j’ai débarqué à Tôkyô par Shinjuku et au bout de 15 minutes (véridique), j’ai regardé Sakura, et lui ai dit : « franchement on ne dirait pas des Japonais! » ce à quoi elle a répondu « c’est ça! je cherchais ce que je trouvais bizarre! ».

    Par contre j’ai habité un mois dans la capitale, et si la ville en elle même ne m’attire décidément pas plus que ça (j’aime m’y balader et découvrir des choses, mais elle n’a pas d’effet plus « ouahou » qu’une autre cité lambda), je n’ai rien contre non plus (la preuve, j’y retourne quelques jours bientôt). Mais vous avez raison, Ôsaka, c’est l’avenir! Un grand village, une sorte de côté obscure de Tôkyô. Tous les avantages de la ville, l’esprit de village en plus (enfin tout est relatif mais bon…) Je suis décidément bien heureux d’avoir été accueillis par cette ville, et d’y avoir fait mon nid.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *