Suivre sa maman

Oui, suis ta maman petit Nobita, éloigne-toi des viles tentations des Yodabashi dont les devantures joliment galbées emplissent même de confusion le grand gamin que je suis.

Heureusement, ta maman veille au grain, elle saura te détourner d’objets encore un peu trop  sophistiqués pour ton âge. En guise de déesse tu n’as pour l’instant droit qu’à un modèle en particulier :  celle que tu viens d’acheter au magasin et que tu tiens dans ta poche droite.

Pour ce qui est des autres modèles, j’espère pour toi que ce sera, plus tard, aussi dans la poche…


Agrandir le plan

Du même tonneau (ou presque) :

Lien pour marque-pages : Permaliens.

4 Commentaires

  1. un bien joli p’tit fessier, … soupirs …

  2. C’était à un moment où ça n’allait pas fort. J’attendais madame partie au Yodabashi pour une envie pressante. Cette petite scène m’a tout de suite mis un peu de baume au cœur, …soupirs attendris et reconnaissants…

  3. Sans doute l’effet de trop de Konuma, mais on pourrait presque croire qu’elle est passé chez le maitre-corde avant d’enfiler son panta-court. Reste que l’histoire ne dit si son minois était tout aussi appétissant!

  4. Martin m’aura dévancé pour le commentaire.
    Je n’ai rien à rajouter…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *