Les Cinglés du Music Hall Jap’ #1 : I saw a pretty cowboy, de Hibari Misora

« J’aime ! Tu aimes ! Il aime ! Nous aimons ! Vous aimez ! Ils aiment le music hall ! Les Cinglés du music hall ! Une émission de Jean-Christophe Averty pour ceux qui aiment vraiment le music hall ! »

Les Cinglés du Music-Hall, la lénifiante émission de Jean-Christophe Averty, fait partie de ces émissions radiophoniques que je regrette. Non que je sois un spécialiste des vieilleries qu’il y diffusait, ce serait plutôt le contraire, mais il y avait toujours un plaisir particulier à bouquiner tranquillement après le déjeuner, la tasse de café à portée de main, en écoutant cette voix zézayante balançant dix mots à la seconde et les vieux 78 tours crachoteux de sa dantesque collection.  Durant une heure, l’émission transpirait la passion et nous faisait faire un bond temporel de plusieurs décennies dans de vieux cafés parisiens ou des boites de la Nouvelle Orléans. Même si je n’y connaissais rien, j’aimais.
Et de toute façon, j’ai toujours été bienveillant envers le vieux créatif sulfureux des 70’s qui avait entre autre réalisé le fameux clip de l’intégralité de Melody Nelson :

Bref, cette intro digressive pour dire qu’il m’arrivera d’évoquer des chansons d’une sorte d’âge d’or de la chanson populaire japonaise. Paniquez pas ! J’en vois déjà qui se crispent, qui imaginent que Bulle de Japon va bientôt en Chance aux Chansons et que je vais peu à peu me transformer en cette chose :

Salut Olrik ! Ça va ma puce ?

Allons, je vous le dis franco : pas de Mireille Mathieu, d’André Verchuren et son accordéon magique, ou encore de Riquita jolie fleur de java et autre Josélito à la voix d’or. Non, on essaiera de viser la crême de la crême oldies japonaise. Et pas de pensums explicatifs : je ne suis pas une bête en la matière, je découvre en même temps que vous. Juste de petites plongées dans l’océan enka (et pas seulement l’enka d’ailleurs) comme ça, rapidos, en apnée, histoire de dénicher des perles susceptibles d’êtres originales. Si c’est le cas, tant mieux, sinon, tant pis, je ferai mieux la prochaine fois…

… grâce à tonton Jean-Christophe qui me prodiguera des conseils d’une main de fer.

On commence donc avec une chanson d’Hibari Misora datant de 1954. Car tant qu’à commencer cette série , autant le faire carrément avec celle qui est considérée comme la reine de l’enka. Jugez plutôt : 40 ans de carrière, 1200 chansons, 68 millions de disques vendus, 150 rôles au cinéma. Rien de préfabriqué dans son succès : alors âgée de 9 ans, elle participa à un concours de chansons de la NHK. À la fin de sa prestation, le public fit trembler la salle de ses applaudissements mais les juges, totalement choqués par cette gamine qui chantait comme une femme de 30 ans, refusèrent de faire retentir la clochette pour la désigner comme la gagnante. Qu’à cela ne tienne, l’opiniâtreté d’Hibari lui valut ses premiers succès puis assez rapidement une place de n°1 dans l’industrie musicale japonaise. En 1957, alors âgée de 20 ans, son compte en banque atteint les 30 millions de yens. Ajoutons à cela qu’elle était  une bijin et vous comprendrez que parfois il y a vraiment de quoi être écœurés par la bonne étoile de certains :

Hibari dans les années 50. Matez-moi la mousmé les gars !

Écœurée, une jeune fan de 19 ans le fut puisqu’elle essaya de défigurer son idole à coups de projection d’acide chlorhydrique. Hibari s’en sortit de justesse… au contraire de de l’acteur Shinichi Nishimura qui, assis juste à côté d’elle, en prit plein la gueule et devint aveugle! Lui, c’est clair, n’était pas né sous la même étoile qu’Hibari.

Voilà pour le contexte de la chanson du jour, datée de 1954. Pour le reste, on verra ça à l’occasion d’autres chansons. Sachez juste qu’Hibari est morte dans l’alcoolisme dans les années 80. Son décès a été un événement au moins aussi marquant que la mort de Johnny Halliday chez nous, c’est vous dire.

I saw a pretty cowboy m’a tout de suite tapé dans l’oreille par son ambiance country et cette voix américaine fleurant bon la cowgirl délurée. On sent une certaine facilité chez Hibari à pousser la chansonnette dans un américain marshmallesque. Il faut dire ici que, fascinée par Julie London ou Nat King Cole, la belle eut toujours la tentation d’avoir un style musical américain. Cela malheureusement n’arriva pas et il faut se contenter de quelques perles éparses comme cette chanson comprenant des paroles en anglais et en japonais. Mettez donc votre plus beau kimono et votre stetson pour l’écouter, vous m’en direz des nouvelles :

Du même tonneau (ou presque) :

Lien pour marque-pages : Permaliens.

29 Commentaires

  1. Du très beau travail M. Olrik! Voilà une série d’articles que je pense lire avec assiduité.

    Meganekun, pretty cowboy.

  2. Apparement elle était lesbienne, et son frère un yakuza (l’info DC du jour ^^).
    un p’tit topo sympa sur ses films (la lose .. trainer sur totalmanga ..)
    http://www.total-manga.com/dossier-j-music-le-mythe-misora-hibari/1950-1960-100-films-en-10-ans-77-3-1498.html#start_read

  3. Héhé, la Mousmé…on en apprend tous les jours… Merci Pierre Loti. Une jolie pépé cette Hibari. Je vais également suivre attentivement cette nouvelle série.

    Melody Nelson sur Bulles de Japon, c’est le bien.

  4. @ Megane :
    « Voilà une série d’articles que je pense lire avec assiduité.  »
    Pas trop de pression non plus, je débute et il est un peu intimidant d’entrer dans la galaxie enka ! Hibari Misora devrait être le fil conducteur des prochains articles, on verra bien ce que ça donnera…

    @ Martin :
    « elle était lesbienne, et son frère un yakuza  »

    Voilà deux infos que j’arriverai bien à caser au détour d’un article. Je ne vais pas trop jouer la carte encyclopédique, je vais vraiment me limiter au contexte de telle ou telle chanson. Trop de choses à découvrir d’un coup, pas non plus envie de me dégoûter avant même d’avoir commencé.

    @ Bouffe-Tout : Madame Chrysanthème sans doute, roman que je n’ai pas lu. Apparemment, Marcel kiffait à donf ce terme, il avait bien raison :
    http://www.planeteblog.com/?p=906

  5. Vu que ça cause enka, je recherche une chanson dont le refrain est « ashita ga aru, ashita ga aru, ashita ga aru, blablabla » .. souvenir flou et alcoolisé d’une lointaine karaoké party ^^

  6. Houlà! La réponse ne viendra que d’un éventuel lecteur de ce blog car moi, encore une fois, j’y connais pas grand chose. Là, j’en suis à découvrir des singles des années 50 d’Hibari. Très plaisants d’ailleurs en cette période pré hivernale, j’aime beaucoup. Les prochains articles de cette série lui seront consacrés.

    Le karaoke… ma seule pratique fut le soir de ma cérémonie de mariage, avec des amis de ma femme, histoire de décompresser. Plutôt un bon souvenir ma foi, faudra que je renouvelle un jour l’expérience.

  7. J’ai pratiqué le karaoké une seule fois aussi, sur une île proche d’okinawa, où je ne connais personne et où je ne remettrai plus les pieds. Bref, je me suis bien lâché sur le répertoire rock occidental, aidé d’un pilier de bar eunuque (notamment sur Bohemian Rapshody). Un vrai désastre pour ma prestation, et cette expérience m’a rendu encore plus admiratif des bons chanteurs.

  8. Queen ? Petit joueur va! Quitte à se mettre minable, autant le faire dans les grandes largeurs. Fallait oser le répertoire local. Moi, j’ai perdu tout honneur en ânonnant sur ça :

  9. Chanson découverte grâce à l’un des rares dramas que j’ai vus sans déplaisir :

  10. Ouais, on m’a aussi cuisiné à la sauce japonaise auparavant, jusqu’à ce que je prenne ma revanche :

    ]

  11. ‘tain, pourquoi à chaque fois que je mets une vidéo, il n’y a que le lien qui s’affiche.

  12. Sublime chanson! Je me souviens aussi d’Hey Jude. Un frisson de honte me parcourt encore l’échine en y pensant. Enfin, pas tant que ça en fait : pris dans l’ambiance, j’avais volontiers poussé la chansonnette sans trop me poser de questions, chose dont je serais incapable en France.

  13. « ‘tain, pourquoi à chaque fois que je mets une vidéo, il n’y a que le lien qui s’affiche. »

    T’inquiète, moi aussi j’ai du mal à comprendre. Apparemment il suffit de coller le lien youtube (le « fs=1&hl=fr_FR&rel=0 » est sûrement de trop). Après il faut croiser les doigts pour que la vidéo apparaisse, ça marche une fois sur deux (sur DC c’est pareil).

  14. Faut faire gaffe, je me souviens qu’en Bulgarie, deux locaux se sont fait tabasser par un touriste anglais pour avoir massacré Bohemian Rhapsody au karaoké. Pas touche au patrimoine.

  15. Faudrait faire une thèse, « Karaoke et âme japonaise ». Suis un bien piètre chanteur, mais faut croire que le temps des cerises fascine vraiment les nippons et leur fait passer outre la prestation du chanteur ^^ sinon all-time classique « The Sound of Silence » de Simon&Garfunkel, appris dans la douleur au collègue et gravé, bien à regret, en moi. Il y a aussi ce tube que j’ai un temps fort bien maitrisé (celui repris par Reiko Ike, avec la mélodie orientale et les coups de fouets en fond sonore ^^), une chanson de gonzesse je sais, mais qu’importe :p

  16. J’ai bien aimé ce genre de chansons traditionnelles, où tout le monde participe.

    http://www.youtube.com/watch?v=5PCZkw40qew

  17. + tempura + poissons grillés + shochu + sake

    Ouille ! Nostalgie. Je vous conseille les ripailles des îles ryukyu. Ces alcooliques anonymes et consanguins savent vivre.

  18. a ca y est, j’ai capté d’ou vient ce pseudo (j’ai mis le temps!) … Pampulilu!

  19. Non, NON , je m’insurge, il y a erreur sur la personne

  20. Bon Dieu! Mais c’est bien sûr!
    Je me souviens, c’est le sympathique obèse dans Creamy :
    null

    Putain mec, c’est un véritable honneur de t’avoir en ces pages. J’espère que t’as des photos tosatsu de Creamy version idole à nous montrer!

    Olrik, content d’avoir un pseudo sans ambiguités

  21. bouff’tout de Creamy, ce tocard ?

    Va falloir que je change de pseudo maintenant ! c’est malin ça

    I’ll be back

  22. C’est d’la faute à Martin, moi je pensais plutôt à l’ectoplasme dans Ghostbusters.

    OMFG!
    En tapant « bouffe-tout » sur google images histoire de te taquiner je tombe sur ça :
     » alt= »null » />

    Olrik Jr est tombé dessus et semble totalement dégoûté à l’idée de manger à nouveau chez Mc Do’ (qu’il adore pourtant). Franchement, un grand merci Bouffe-tout, tu m’as rendu là un fier service.

  23. oh le coup bas ! heureusement j’ai ma couverture ricaine.

    Slimer, il boude, il va se mater du Denis la Malice

  24. Meuh non, vous faites fausse route!

    Yu est une petite fille
    Qui travaille en famille
    Mais son secret espoir
    C’est un jour d’être star
    Un peu de fantaisie
    Juste un peu de magie
    Un éclair et c’est tout
    Et Creamy va chanter pour vous

    Pampulilu, pouvoir magique
    Pampulilu, c’est fantastique
    Papa, Maman, Bouftout (<-BINGO!), Charlie
    Je vais changer toute votre vie

    Pampulilu, du haut du ciel
    Pampulilu, l'étoile veille
    Mes deux amis Simon et Sissi
    Sont mes compagnon de folie

  25. ah merde, j’ai loupé les comment du haut, c’est que ça post à gogo ici ! Don’t acte, continuons les recherches donc (en ecoutant le generique TV tant qu’a faire)

  26. Bouffe-tout, il est blackboulé, il a des commentaires en attente de validation !

  27. Slimer… du coup y’a plus d’ambiguités possibles. Mais je préférais Bouffe-tout…

  28. c’est un choix cornélien, je vais faire le mort quelque temps…

    Bouffe-tout, Pampulilu m’a tuer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *