Les Corbeaux de Tokyo

vlcsnap-818181

Parmi les mille et une surprises qui assaillent le touriste lorsqu’il débarque pour la première fois à la capitale japonaise, il y en a qui ne sont pas particulièrement spectaculaires mais qui participent efficacement à construire cette impression que vous êtes bien arrivé dans un monde hors norme. Qui a été réveillé par des corbeaux croassant à sa fenêtre ou qui a vu des hordes de ces mêmes volatiles éventrer des sacs poubelles pour se nourrir voit de quoi je parle. Animal rural chez nous, le corbeau est au Japon un indécrottable citadin. Et évidemment, pour le français habitué des gentils pigeons, ça ne lasse pas de surprendre.

Un intéressant documentaire sur Arte, diffusé récemment, évoque le sujet. Dès le début, le spectateur comprend que le corbeau est à Tokyo ce que le pigeon est à Paris : un véritable fléau. Il est tout d’abord bruyant. Le reportage montre à un moment une dame disant qu’elle en a marre d’être réveillée tous les matins par ces olibrius. Surtout, il est intelligent. Il a bien compris, surtout depuis que la municipalité de Tokyo a mis au point un système de ramassage des ordures ménagères via un système de sacs poubelles en plastique, que son salut se trouve dans ces masses informes laissées sur les trottoirs et si facilement éventrables. Et la tactique est rodée : une scène montre en effet toute la prudence dont fait preuve l’animal pour se rapprocher de ces trésors. Avec les conséquences que l’on devine : outre le fait que leur proximité n’est pas toujours très rassurante pour les passants (certaines rumeurs évoquent d’ailleurs des piétons agressés), les trottoirs ont vite fait d’être transformés en auge à corbeaux.

vlcsnap-819083

Du coup, la mairie de Tokyo est passée depuis quelques années passée à l’action. Avec une réussite encore mitigée. Tout d’abord, les cervaux de cette cellule de crise ont imaginé de fournir aux habitants des filets pour recouvrir les détritus. C’était sans compter sans l’intelligence du volatile (le reportage nous affirme d’ailleurs qu’il est le plus intelligent des oiseaux) qui a eu tôt fait de contourner l’obstacle. Plus radical, l’extermination partielle de la population des corbeaux (qui se chiffre tout de même à plusieurs dizaines de milliers de têtes), qui passe notamment -et c’est l’un des passages les plus étonnants du documentaire – par la destruction des nids. En soi, détruire un nid pour empêcher une espèce de se reproduire n’a rien d’étonnant. Mais ç al’est dès que l’intelligence d’un tel volatile entre en jeu. Car le corbeau, dans ses fouilles de poubelles, a vite compris qu’un objet en particulier était à même de constituer une bonne matière première pour fabriquer ses nids. A la fois souple et flexible… solide…  vous ne voyez pas ? Les cintres voyons ! En regardant attentivement les branches des arbres, il semble en effet qu’il ne soit pas rare d’y découvrir de véritables « boules de cintres » qui, en dégringolant, peuvent évidemment s’avérer dangereux.

vlcsnap-804720

En plus de souiller la voie publique, le corbeau peut donc s’avérer indirectement dangereux. Mais cette histoire de cintres lui donne aussi une certaine dimension artistique et poétique qui le rende sympathique. D’ailleurs, que l’on ne s’y trompe pas : derrière l’agacement affiché de certains tokyoïtes, les Japonais garde un attachement tout particulier àau noir oiseau. Chez nous source de malheur, il est au Japon considéré comme un animal familier, presque sympathique. Une jolie comptine lui est d’ailleurs consacré :

Corbeau, corbeau, où vas-tu ?
Tu vas aux sources chaudes du Tennenji
Qu’est que tu tiens dans ta main ?
de l’avoine et du riz, du riz pilé
M’en donneras-tu un peu ?
Si tu m’en donnes, il y en aura moins
Si cela diminue, je t’en ferai
Si je t’en fais, il sera froid
Froid, tu auras mal
Si tu as mal, je te le réchaufferai
S’il est trop chaud, il faudra s’écarter
Eloigné, tu auras mal
Si tu as mal, on t’appliquera des excréments de belette !

Gentil corbeau va ! Néanmoins lorsque l’on voit cette autre comptine :

Kanzaburô Kanemon le corbeau
Notre maison a brûlé
Vite, fuyons ! Versons de l’eau !
Mais il n’y a pas d’écope pour verser l’eau
S’il n’y en a pas, alors empruntons en une !
Et même si on l’emprunte, si on l’emprunte
On ne pourra la payer !

On se demande si le corbeau est au Japon réellement vierge de toute influence néfaste.

En tout cas, si vous allez au Japon, n’oubliez pas de faire attention aux chutes de cintres.

vlcsnap-803480

Du même tonneau (ou presque) :

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Un Commentaire

  1. Merci pour cet article, je cherchais des infos sur le sujet pour un projet ! Je ne savais pas pour les nids en cintres. Les filets sont vraiment très répandus maintenant même si leur utilité est douteuses à Tokyo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *