Rififi à Tokyo (Jacques Deray – 1963)

À l’opposé d’un Stopover Tokyo qui va jouer la carte de l’exotisme stéréotypé, il y a sûrement ce Rififi à Tokyo, excellent film noir d’un Jacque Deray encore au début de sa carrière (1), énième film arborant dans son titre le terme rififi (2) et de ce fait quelque peu … Lire la suite…