Une histoire de jambes

 

À ma gauche, des jambes athlétiques, puissantes, tannées et surmontées d’un fessier musclé, sans la moindre trace de graisse du fait de dizaines de kilomètres à trimballer un pousse pousse sur l’asphalte de Tokyo.

A ma droite, des jambes graciles, immaculées et surmontées de ce que l’observateur masculin appellerait volontiers « petit cul » plutôt que « fessier ». Sans doute assez peu de graisse aussi. Mais peu de puissance non plus, entre s’acharner sur un rickshaw et tenir un keitai qui voltige élégamment au niveau d’un volant assez court pour laisser voir un popotin moulé comme il faut dans un short, il y a un monde.

J’aurais bien aimé voulu connaître les pensées de la jeune pousseuse qui regardait ces gambettes. Sans doute y avait-il un peu d’aigreur mais qu’elle se console : plus tard, elle et son alter ego sur talons aiguilles seront sur un parfait pied d’égalité. Il ne sera plus question de tirer un rickshaw ou un petit ami sur le bitume, mais de se faire tirer par un fiston agacé de se coltiner une vieille obasan toute flageolante.

 

Du même tonneau (ou presque) :

Lien pour marque-pages : Permaliens.

3 Commentaires

  1. Joli… Très joli, même…

  2. En effet… joli… je pencherais tout de même pour un « quelle vie d’chien » pour le off mais ce n’est que moi.

    Je la sens vraiment saoulée la pauvre « rickshaw girl ». Et personne ne parle de ces p’tits vieux, là-bas dans le fond. Présent. Passé. Aujourd’hui. Demain. Effet miroir. La « vieille obasan toute flageolante » qu’on continuera à trainer, regrettant de ne pas avoir su tirer la bonne… pfft !

    J’aime bien ta photo Olrik. Je sais que c’est vain un « jaime bien » balancé à la hâte mais c’est un « j’aime bien » qui vient du coeur. T’as l’œil mon gars. De plus en plus. (Genre, je fais le connaisseur qui te suit depuis des plombes…^^)

  3. J’aimerais bien avoir l’œil « de plus en plus », cela signifierait que je retourne régulièrement au Japon pour taquiner du déclencheur. Mais non, cette photo fait hélas partie d’un gros stock engrangé lors de mon dernier séjour en 2009. Quant à photographier en France, bof…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *