Des Causses du Larzac au Japon

Romans, poésie, théâtre, essais, récits de voyage...
Seijoliver
Shatei
Messages : 92
Inscription : 29 oct. 2017 14:51
Contact :

Des Causses du Larzac au Japon

Message par Seijoliver » 05 mars 2020 15:34

Image

1971. Le gouvernement de l’époque (et son ministère des armées, c'est le nom à cette période) souhaite agrandir le camp militaire du Larzac.
Levée de boucliers, de fourches, de tracteurs. Gardarem Lo Larzac. Les paysans engagent la lutte qui durera dix ans, puisqu’élu en 1981, Mitterrand annonce le retrait du projet.
Je n’ai pas connu ce premier mouvement et pour cause – 1971 ? est-ce que je marche déjà ? À vérifier. Ah naître sous la présidence Pompidou ! Mais c’est hors sujet.
Le Larzac est resté une terre de mobilisation, et pas uniquement sur la question des terres agricoles et de ses usages. On se rappellera le démontage d’un truc qui vend de la bouffe et qu’on retrouve hélas partout sur notre planète ! La mondialisation sera/est dénoncée sur le plateau du Larzac... comme à beaucoup d’autres endroits.
Me rappelant avoir beaucoup apprécié le film documentaire Tous au Larzac (Christian Rouaud , 2011), j’ai acheté dans une bouquinerie un livre signé Christiane et Pierre Burguière, soit deux figures historiques de cette lutte (ils sont signataires du « serment des 103 » s’engageant à ne pas quitter leurs terres quels que soient les moyens employés pour les chasser), et publié aux éditions Privat : Gardarem ! Chronique du Larzac en lutte (2012).

Image

En détaillant le sommaire, je tombe sur : Le Larzac au Japon ??!!


Durant les années 70, les solidarités internationales existent et les luttes menées dans le monde sont connues de tous.
Depuis 1966, à Narita (préfecture de Chiba), des paysans japonais luttent contre le projet d’extension de l’aéroport. A l’époque, les États-Unis intensifient leurs attaques depuis le Japon contre la péninsule indochinoise et l’aéroport de Haneda (aéroport principal de Tokyo) est surchargé. Le gouvernement décide alors de s’emparer d’un village, à une soixantaine de kilomètres de la capitale, et d’expulser les paysans (deux cents familles de fermiers résidents de Sanrizuka et Shibayama). Malgré la loi qui protège les agriculteurs, une première tentative de saisie des terres a lieu au début des années 1970. Certains paysans céderont et l’aéroport se construit. Mais son extension n’est, aujourd’hui, toujours pas achevée.

En août 1981, des Rencontres internationales pour la Paix ont lieu sur le plateau du Larzac. Une vingtaine de japonais de Sanrizuka et de ses environs s’y rendent.
Image
(photo trouvée sur le site Syndicat des Justiciables )

En retour, ils invitent les français à se déplacer au printemps 1982 pour un rassemblement pour la paix organisé à Hiroshima.
Huit feront le déplacement en mars 1982.

Je cite :
«  Dès notre arrivée à Osaka, nous sommes accueillis chaleureusement par une foule importante. Quelques personnes tiennent une grande banderole : « Solidarité Larzac-Sanrizuka ». Dans nos bagages, nous avons emporté une banderole du Larzac et deux buis de notre causse pour planter à Sanrizuka et à Hiroshima…
Le soir, dans l’immense ville d’Osaka, la deuxième du Japon, le groupe se réunit dans un café. Il est 23 heures. Nous attendons un car qui doit nous conduire jusqu’à Hiroshima. Malgré la pluie, les rues sont encore très animées à cette heure. Vers minuit, nous prenons la route. Depuis notre arrivée au Japon, nous sommes constamment suivis dans nos déplacements par un ou plusieurs véhicules de police, et cela se poursuivra tout au long de notre séjour…
Dans un grand parc d’Hiroshima, une immense foule de plusieurs milliers de personnes est rassemblée arborant des costumes colorés signifiant l’appartenance à différentes organisations, portant des drapeaux, des banderoles. Nous sommes invités par les comités Sanrizuka à adresser un message du Larzac…
Vers la fin de l’après-midi, accompagnés d’interprètes, nous allons dans une maison de jeunes rencontrer une personne victime de la bombe parmi d’autres qui chaque jour, tel un chemin de croix, témoignent « au monde » des souffrances qui brûlent encore en elles, souvenirs d’horreur, d’apocalypse.
Après cette journée passée ensemble à Hiroshima, un groupe se rend dans l’île de Kyushu, à Minamata, blottie dans une baie paradisiaque.
 »

Pas si paradisiaque que ça bien sûr quand on connaît la catastrophique histoire de Minamata !

Une photo prise lors de ce voyage, on peut en voir une, en page 498 de la thèse de Gaël Franquemagne, Les mobilisations socio-territoriales : le Larzac, une cause en mouvement, et consultable sur le site tel.archives-ouvertes.fr. 
(Photo apparemment extraite du livre d'Alexander Alland, Le Larzac et après : l’étude d’un mouvement social novateur, Paris, L’Harmattan, 1995).
~~~
Sanrizuka au Larzac, et le Larzac au Japon, une petite histoire, mais pas anecdotique du tout.


PS : le cinéma japonais militant des années 60 et 70 s’est emparé de ce sujet notamment Shinsuke Ogawa  (1935-1992) et le collectif Ogawa Pro qui entre 1968 et 1978 ont tourné 7 films à Sanrizuka.
À ce sujet lire l’article de Max Tessier dans Le cinéma japonais au présent.
Barbara Hammer, réalisatrice américaine, a réalisé en 2000, Devotion, sur le Collectif Ogawa Production.
PS 2 : Les réalisateurs Bénie Deswarte et Yann Le Masson signent en 1973 Kashima Paradise consacré à l’industrialisation en relatant deux événements : l’expropriation des populations pour construire un immense complexe industriel nommé Kashima Paradise, et le combat mené par les paysans et étudiants contre la construction de l’aéroport international de Narita.
Film disponible aux éditions Montparnasse.

Avatar de l’utilisateur
Olrik
Site Admin
Messages : 1532
Inscription : 28 févr. 2017 20:46
Contact :

Re: Des Causses du Larzac au Japon

Message par Olrik » 05 mars 2020 23:55

Intéressant tout cela, je n'en attendais pas moins venant de quelqu'un né sous Pompidou.
Il me semble que tu avais déjà évoqué quelque part le Kashima Paradise car ce titre me dit quelque chose.
Et pour Shinsuke Ogawa, bonne surprise, je viens de voir que ma crèmerie qui me fournit en curiosités a un catalogue relativement fourni, avec parfois des titres sous-titrés en anglais dont son Sanrizuka no natsu (1968) qui a l'air prometteur :
Japan Liberation Front: Summer in Sanrizuka [Nihon kaihô senzen: Sanrizuka no natsu, 1968] used purposefully disjunctive editing to make an "action film." While the filmmakers shot their footage from the farmers' front lines, the focus of the film was on the agitated student movement, which also constituted the filmmakers' initial audience. As the protests dragged on and increased in scale, the character of the films changed. Instead of the raucous actions of the student protesters, the films focused more and more on the villagers. The shots became longer and longer, attending to the rhythm and interests of the farmers rather than the students.
Abé Mark Nornes, from the Journal of the International Institute (May, 1997) of University of Michigan:
ImageImageImageImage
J'essaierai d'en faire un bref retour.

Seijoliver
Shatei
Messages : 92
Inscription : 29 oct. 2017 14:51
Contact :

Re: Des Causses du Larzac au Japon

Message par Seijoliver » 08 mars 2020 13:26

Comme elle est évoquée rapidement, la catastrophe de Minamata fait l'objet d'un film dont la sortie est prévue cette année, un film anglais sobrement intitulé Minamata, avec dans le rôle du photographe William Eugene Smith, Johnny Depp !

Image

Lien vers un site dédié au photographe : ICI

Répondre