[MANGA] 17 Sai

En VF ou VO, contemporain ou vintage.
Avatar de l’utilisateur
Olrik
Site Admin
Messages : 836
Inscription : 28 févr. 2017 20:46
Contact :

[MANGA] 17 Sai

Message par Olrik » 03 mai 2017 14:20

Image
Scénario : Seiji Fujii
Dessin : Youji Kamata


On n'est pas sérieux quand on a 17 ans, surtout lorsqu'on est un garçon qui se laisse embringuer par un groupe de voyous qui vont peu à peu tomber dans une criminalité sans état d'âme. C'est ce qui arrive à Hiroki, jeune lycéen qui tombe sous l'influence de Miyamoto, lycéen mahousse et particulièrement violent. Un jour, la petite bande décide, pour s'amuser, de kidnapper une jeune fille afin de la séquestrer et de la violer à l'envi. La malchance tombe sur Sachiko, lycéenne de 17 ans qui va rapidement dépérir physiquement et psychologiquement. Pendant ce temps, Miki, sa sœur jumelle, s'active auprès de la police pour essayer de retrouver la trace de sa sœur dont elle comprend que la disparition est d'origine criminelle. Quant à Hiroki, le poids de la culpabilité commence à devenir de plus insupportable...

Adaptation d'un roman de Seiji Fujii, 17 Sai est un manga en quatre volumes particulièrement haletant et réussi dans le portrait psychologique de ses protagonistes, en particulier ceux des garçons. Si Miyamoto apparaît comme un sadique de la pire espèce, le lecteur est tout aussi révulsé de la veulerie et de la bassesse de ses complices. Et si on peut trouver une circonstance atténuante, concernant l'attitude de Hiroki, dans la terreur qu'exerce sur lui Miyamoto, on est stupéfait de voir comment cette terreur se mue aussi en un cynisme particulièrement révulsant. Au milieu de ce cloaque de personnalités répugnantes trône le duo des sœurs jumelles, l'une pauvre vierge sacrifiée à l'autel d'une libodo adolescente monstrueuse et sans repères (et bien consciente que cet âge de 17 ans permet de ne pas être trop lourdement sanctionné par la justice) , l'autre sœur dévouée remuant ciel et terre pour retrouver son double physique et intérieur.
Le va-et-vient entre ces deux fils narratifs n'est pas sans susciter des haut-le-cœur mais reste passionnant à suivre, le trait de Youji Kamata étant agréable et en même temps très fort dans les scènes difficiles, sachant retranscrire l'horreur de la situation de Sachiko sans non plus se complaire dans un racolage vulgaire. Un mangaka méconnu chez nous, ayant apparemment oeuvré essentiellement dans le manga sportif, et dont 17 Sai donne envie de connaître un peu plus l'oeuvre.

Répondre