Osamu Tezuka

En VF ou VO, contemporain ou vintage.
Avatar de l’utilisateur
Vince
Furyo
Messages : 33
Inscription : 09 févr. 2018 15:35
Contact :

Re: Osamu Tezuka

Message par Vince » 16 févr. 2018 14:57

*____* Olrik sama, vous enchantez mes mirettes !

Barbara fait parti de ces nombreux trésors sur lesquels je n'ai pas encore eu l'occasion de me pencher.
Mais autant être franc, ton petit résumé vient de me convaincre à 100% : il faut absolument que je m'en occupe, dès que possible !!
La période, le thème, je crois que tout est réuni pour me faire passer un bon moment.


Sinon, concernant le art book sur les Héros de SF, là aussi, c'est une vraie découverte.
Du coup, j'ai un peu fouiner sur la toile pour savoir si cette merveille était encore accessible.
La première édition que tu présentes, semble dater de 2003, et se trouve d'occasion à prix abordable dirait-on au Japon.
Il existe également une réédition de 2016 (avec manifestement 9 pages de plus...bon, ok...).
Etant pourtant toujours disponible, cette version est par contre affichée à un prix qui fait plutôt mal aux yeux : ¥ 7,500 !!

Image

Le bon point, c'est que l'éditeur à fourni tout plein de belles images du contenu :
Image

Image

Image

Image
Image

Image

Image

Image
Image

Image

Image

Image
Image

Image

Image

Image
Image

Image

Image

Image
Image

Image

Image

Image
Image

Image

Image

Image

...rooooh mais comment ne pas l'envisager dans ma bibliothèque celui-là ?!

Et puis en fouinant, je suis tombé là dessus aussi :
Romanesque
手塚治虫美女画集 ロマネスク
Image

Affiché à ¥ 5,500 tout de même, ce livre-là sorti en 2014 contient 144 pages.
Quelqu'un l'a chez lui ou l'aurait déjà feuilleté ?
Sapristi, une fois encore, tout cela est bien tentant !

Je crois que l'on ne peut plu nier l'évidence : nous avons ouvert la boîte de Pandore des art books Tezuka là !

Image

Avatar de l’utilisateur
Olrik
Site Admin
Messages : 952
Inscription : 28 févr. 2017 20:46
Contact :

Re: Osamu Tezuka

Message par Olrik » 16 févr. 2018 16:34

L'édition que je "possède" (en réalité une version numérique très bien scanée) date de 2003.
Quant à ce Romanesque, c'est apparemment un art book exclusivement consacré aux personnages féminins :
ImageImageImageImageImageImage
Très tentant aussi, j'avoue.
Et oui, pour Barbara tu peux y aller les yeux fermés. Autant certains titres édités de Tezuka sont dispensables, autant celui-ci est une valeur sûre.

Sinon le yuki matsuri de Sapporo s'est achevé. Je signale l'hommage qui y a été fait à Atomu :
Image

Avatar de l’utilisateur
Vince
Furyo
Messages : 33
Inscription : 09 févr. 2018 15:35
Contact :

Re: Osamu Tezuka

Message par Vince » 17 févr. 2018 11:29

Sont fort à Sapporo en bonshommes de neige quand même !

Je suis en train de me programmer une petite virée à Angoulême pour l'expo dans la semaine qui arrive.
Par contre, en voyant que le catalogue était limité, et par crainte de louper ce qui semble être une excellente pièce, j'ai préféré le commander.
Y en aura peut être des montagnes sous mon nez d'ici quelques jours, mais dans le doute, au moins, là, je suis sûr de l'avoir.
Parce que oui! il est déjà arrivé à la maison.
Roooooh Olrik, merci d'avoir attiré mon attention dessus. C'est une vrai merveille ce catalogue. Il semble parfaitement complémentaire avec les 2 art books dont je causais ici même en début de semaine.


Sinon, z'ont l'air d'avoir édité un nouveau coffret en 2 tomes d'Ayako au Japon pour ce début d'année.
Si seulement ça pouvait donner des idées du côté de chez nous pour la VF !

Image

Image

Image

(J'ai trouvé ces photos sur twitter, merci à leur auteur dont j'ai oublié de noter le nom. Oups ^^' )

Avatar de l’utilisateur
Olrik
Site Admin
Messages : 952
Inscription : 28 févr. 2017 20:46
Contact :

Re: Osamu Tezuka

Message par Olrik » 17 févr. 2018 12:05

Très classieuse effectivement cette édition d'Ayako.
Et oui, tu as vu, je n'ai pas menti concernant la qualité du catalogue de l'expo. Avant de l'acheter j'avais demandé à un des vendeurs de m'en passer un pour voir la qualité à l'intérieur. La réflexion n'a pas duré longtemps. J'ai vraiment apprécié tous les textes qui analysent les planches pour montrer l'originalité du travail de Tezuka.
Avec le 90ème anniversaire de sa naissance, l'année va être à surveiller, on peut parier qu'il va y avoir moult (ré)éditions intéressantes.

Jamais allé au Japon sinon ? Car je signale (mais tu dois connaître son existence) le musée Tezuka à Takarazuka. Je l'ai fait une fois :
http://bullesdejapon.fr/2015/08/22/musee-tezuka/
L'endroit vaut évidemment le détour.
:good:

Avatar de l’utilisateur
Vince
Furyo
Messages : 33
Inscription : 09 févr. 2018 15:35
Contact :

Re: Osamu Tezuka

Message par Vince » 17 févr. 2018 14:19

Pour les rééditions, au Japon ça ne fait aucun doute, et ça a même déjà bien commencé avec, en plus de ce coffret Ayako, pas mal de titres en version Kindle (là encore, les illustrations choisies pour les couv' sont très belles, et il y a beaucoup de pages en démo sur chaque livre).

Image


(Petite sélection de couvertures variées un peu au pif pour illustrer le propos)
Image

Image

Image

Image

Image


Le truc sympa, ce serait qu'un ou plusieurs éditeurs français soient également sur le coup et s'appliquent à faire quelque chose de chouette.

Oh et le musée Tezuka ! Pas allé, mais merci pour cet article/reportage très instructif sur les lieux :super:

Avatar de l’utilisateur
Olrik
Site Admin
Messages : 952
Inscription : 28 févr. 2017 20:46
Contact :

Re: Osamu Tezuka

Message par Olrik » 17 févr. 2018 18:35

Vince a écrit :
17 févr. 2018 14:19
Le truc sympa, ce serait qu'un ou plusieurs éditeurs français soient également sur le coup et s'appliquent à faire quelque chose de chouette.
Reprendre par exemple les belles illustrations au format carré des éditions originales (ce que font ces nouvelles éditions japonaises) serait tout simple mais du meilleur effet.

Avatar de l’utilisateur
Olrik
Site Admin
Messages : 952
Inscription : 28 févr. 2017 20:46
Contact :

Re: Osamu Tezuka

Message par Olrik » 20 févr. 2018 15:08

Image
Autre titre indispensable publié chez Delcourt : 鳥人大系 aka Demain les oiseaux, traduction faisant évidemment un clin d'oeil au Demain les Chiens de Simak, que j'ai lu il y a fort longtemps et que Demain les oiseaux me donne envie de relire.
Dans ce manga, Tezuka tisse une longue histoire qui n'est pas sans faire penser à certains arcs de Phénix, avec cette représentation cyclique d'une civilisation destinée à périr et à être remplacée par une autre. Tezuka nous conte ainsi progressivement comment les humains vont se voir supplantés par les oiseaux et comment ces derniers vont peu à peu reproduire les mêmes travers sociétaux de leur prédécesseurs. Le constat semble totalement pessimiste puisqu'il apparaît que dès qu'une société organisée se fait, elle débouche nécessairement sur une dégénérescence faite de cruauté, de sadisme mais aussi de rapports d'inégalités et d'injustice, tout cela menant cette société à sa perte.
L'histoire est captivante et se renouvelle sans cesse grâce à des histoires courtes qui font apparaître un travers de la société des oiseaux et qui permettent à la fin de déboucher à une chute savoureuse. Graphiquement, l'anthropomorphisme que Tezuka utilise sur ses personnage d'oiseaux fait merveille. Salopards ou êtres bienfaisants, les personnages constituent une magnifique galerie de caractères qui constitue un solide échantillon d'"humanité volatile".
ImageImageImageImage

Avatar de l’utilisateur
Vince
Furyo
Messages : 33
Inscription : 09 févr. 2018 15:35
Contact :

Re: Osamu Tezuka

Message par Vince » 24 févr. 2018 14:23

J'ai enfin pu me faire une petite virée jusqu'à Angoulême pour découvrir cette fameuse exposition sur Tezuka.
Et bien autant le dire franchement et sans détour: ce fut un régal !

Quel plaisir de pouvoir admirer de près toutes ces merveilles exposées, sentir les coups de crayon, de plume ou de pinceau du maître.
Dès le début de l'expo, j'ai été saisi par la fluidité des planches. Le découpage façon story-board de nombreuses d'entre-elles donne presque l'impression de voir s'animer les séquences.
Que d'ingéniosité dans la mise en forme de ses pages !
La finesse des détails couplé à sa façon d'aller droit à l'essentiel dans la représentation des éléments composant une case, et ce dès le début de sa carrière, ça m'a scotché.
Par ailleurs, très sensible au travail de la lettre, et des caractères en tous genres, j'ai été fasciné par son travail sur les titres de chapitres. Bien avant la création des outils d'aujourd'hui, il savait s'amuser avec les lignes des kanjis et kanas pour déjà poser l'ambiance du contenu à suivre.
Découvrir les retouches, jusque sur ces illustrations couleurs, témoigne également de cet inlassable désir d'améliorer sans cesse la moindre de ses réalisations.

J'avais beau avoir déjà conscience d'un peu tout ça en ayant lu certaines de ses œuvres, le voir en vrai, ça donne une impressionnante, et presque indescriptible autre dimension à son travail.
Une leçon à chaque trait.

Et puis mince quoi, voir de mes propres yeux certains de mes dessins préférés, tous auteurs confondus, c'est juste le bonheur !
Je crois qu'à un moment, le médiateur qui accueillait les visiteurs à l'entrée de l'expo est venu voir si mon corps était encore habité tellement je scotchais devant l'illustration d'Otsuné.

Si j'avais un seul petit bémol (mais alors petit petit) à mettre à mon enthousiasme, ce serait au sujet de la présentation de certaines pièces (en particulier les illustrations et les quelques celluloïds).
Dans le but d'offrir un bel écrin à toutes ces merveilles, elles ont pour la plupart été encadrées, sous verre, avec un beau carton blanc pour les cadrer telles qu'elles devaient être imprimées, sans doute. Aussi, les débords voire même certaines zones des dessins ont donc été cachées, coupant alors l'entièreté du geste de contour ou de l'application de la couleur. M'en suis rendu compte en reprenant le catalogue d'expo et en voyant que là, les pièces étaient montrées entières.
Oh mais, I.L. aurait des jambes alors en fait !?!

Tiens, et en parlant de I.L., je l'ai lu récemment. Certes, ce n'est peut être pas ce qu'on pourrait qualifier de livre incontournable, mais j'ai passé un bon moment tout de même au fil des différents tableaux de cette histoire au thème fantastique qui date de 1969.

Petit résumé emprunté à l'éditeur ^^'
I.L : derrière ces curieuses initiales se cache peut-être une déesse, une chimère ou une simple poupée, qui peut savoir... I.L est une femme caméléon, qui prend le visage des absents, des morts, ou de l’être aimé. Le jeune cinéaste Daisaku fait sa connaissance au château du Comte Alucard - un nom qui, lu à l’envers, nous est très familier - où elle repose, enfermée dans un cercueil. Ange de beauté, I.L devient, par son don de métamorphose, l’actrice dont Daisaku a toujours rêvé pour mettre en scène... le réel. Elle accomplit ainsi, à la demande, la dernière requête d’un condamné à mort, revêt pour une malade l’apparence de l’amant d’autrefois, joue un tour à l’époux davantage intéressé par les papillons que par sa femme, ou devient le pire cauchemar d’un ancien soldat du Vietnam.

A travers ce conte fantastique, le « Dieu du manga » Osamu Tezuka revisite des thèmes universels avec une imagination libérée de toute contrainte : I.L parle de vie, de mort, d’amour, de trahison et de haine, révélés lorsque chaque personnage se trouve confronté à ses fantasmes, ses lâchetés ou ses peurs. Une incroyable exploration de la nature humaine.
Image Image

Dans l'édition que j'ai (Casterman), il y a une postface dans laquelle Tezuka exprime entre autres son regret de ne pas avoir assez bien su dessiner son personnage principale et les femmes en général... c'est amusant, je pense tout le contraire et adore l'aspect "poupée de guimauve" qu'a ici leur corps, comme dans certaines de ses autres histoires d'ailleurs.

Image

Image

Et merci Olrik pour cette présentation de Demain les oiseaux qui là encore donne sacrément envie.
Si j'ai bien une vieille certitude qui s'est confirmée en venant ici et en me rendant à Angoulême, au sujet des œuvres de Tezuka, c'est que j'ai de sacrées lacunes, et que je compte bien les combler dès que possible !

Avatar de l’utilisateur
Olrik
Site Admin
Messages : 952
Inscription : 28 févr. 2017 20:46
Contact :

Re: Osamu Tezuka

Message par Olrik » 24 févr. 2018 18:59

Vince a écrit :
24 févr. 2018 14:23
Je crois qu'à un moment, le médiateur qui accueillait les visiteurs à l'entrée de l'expo est venu voir si mon corps était encore habité tellement je scotchais devant l'illustration d'Otsuné.
Je m'en souviens, c'était le coin un peu sexy de l'exposition. Cette illustration est effectivement assez stupéfiante, notamment dans sa maîtrise des couleurs. Je me souviens avoir regardé de très près comment Tezuka s'y était pris pour colorer le visage, c'est d'une finesse incroyable. :shocked:

Je n'ai pas été frappé par ailleur par le cadrage de certaines des oeuvres. Ca reste effectivement un petit bémol au milieu d'une foultitude de points positifs.

I.L. est sympa sinon (jolies les couvertures de l'édition japonaise). Là aussi, c'est un titre qu'il va être difficile de trouver, je crois que la collection Sakka a liquidé pas mal de ses mangas publiés. Tiens, puisqu'on parle de ça, le W-E dernier je suis allé à la librairie du musée de la BD : il y avait tous les exemplaires d'Histoires pour tous... excepté bien sûr le tome 19. Ça va être chaud effectivement de le choper ! J'ai à la place jeté mon dévolu sur Néo Faust dont je reparlerai bientôt.

Avatar de l’utilisateur
Vince
Furyo
Messages : 33
Inscription : 09 févr. 2018 15:35
Contact :

Re: Osamu Tezuka

Message par Vince » 25 févr. 2018 15:06

Olrik a écrit :
24 févr. 2018 18:59
Je me souviens avoir regardé de très près comment Tezuka s'y était pris pour colorer le visage, c'est d'une finesse incroyable. :shocked:
Petit cliché souvenir, pour le plaisir :

Image

Et puis tous ces petits points de gouache blanche recouverts de nuances jaunes donnent à la tenue (et au dessin entier) un effet de relief complètement génial !


Après, concernant les recadrages, je ne m'en suis rendu compte qu'une fois rentré chez moi, et le catalogue sous les yeux.
On est bien d'accord que ça ne retire ne rien la grande qualité de l'exposition, et que ce n'était absolument pas indispensable.
Disons que c'est un petit détail technique qui m'aurait botté ^^


Ah sinon bien hâte de lire ton point de vue sur Neo Faust ! Pas encore lu de mon côté, mais très intéressé là aussi, en espérant que la fin ne soit pas trop frustrante du coup.

Répondre