Bijin de la semaine (43) : Ayako Ota

Les bonnes résolutions n’ont pas tenu : alors que je voulais faire en sorte que la bijin-de-la-semaine soit vraiment de la semaine, je m’aperçois que cela fait un mois que Mai Inoue se gèle le bout des seins à la devanture de ce blog :

mai-inoue

« Brrr… attends-moi je reviens dans cinq minutes qu’il m’a dit ! Quel enflure cet Olrik ! »

Décontracte-toi douce enfant, ton calvaire est terminé puisqu’une autre va aujourd’hui prendre ta place. Je ne vais pas la chercher bien loin, il s’agit d’Ayako Ota, souvenez-vous, la pauvre lycéenne qui apprend amèrement qu’il convient de respecter le matériel scolaire si l’on ne veut pas s’attirer les foudres (et bien d’autres choses) de ses bien-aimés professeurs. As usual, peu d’infos sur cette starlette de la Nikkatsu qui officia dans des roman porno dans la première moitié des années 80 ainsi que dans de petits rôles pour des dramas. J’habiterais à Tokyo ce serait un plaisir  d’aller fureter du côté de Jimbocho pour y dénicher des perles afin d’étoffer ce type d’article mais malheureusement, il faut se contenter du peu que j’ai sous la main. Il vous faudra donc apprendre que née en 1960, notre bijin du jour faisait au moment de ses années roses 1m55 et arborait un distingué 83/56/86. Conjugué à un visage juvénile, voilà de quoi permettre de faire sensation dans une quinzaine de roman porno. Au-delà, c’est le désert, Aya-chan semble être une autre de ces actrices de pinku qui ait préféré se marier plutôt que de donner une autre direction à sa carrière.

Son rôle le plus emblématique ? Sans hésiter celui de Yoko Nakamura dans White Rose Campus : and then everybody get raped de Koyo Ohara. Dans la lignée de Pleasure Campus, Secret Games, l’humour en moins, le crapoteux et le fou furieux en plus. Pour le reste, pas mal de films assez difficiles à trouver. Dommage tant les affiches sont prometteuses mais patience ! mon réseau devrait bien me permettre un jour ou l’autre de mettre la pogne sur ces vieilles pelloches…

Petite sélection de photos et d’affiches de films dans lesquels a joué Ayako. A noter que pour ces dernières Aya-chan n’apparaît pas toujours mais ça, l’œil exercé des amateurs de bijin que vous êtes l’aura remarqué.

Du même tonneau (ou presque) :

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *