Stop the Bitch Campaign (Kosuke Suzuki – 2004)

 stop-bitch-1

De tout temps j’ai toujours aimé manger des légumes. Leur saveur, leurs couleurs, leur fort apport nutritif, impossible de m’en passer. C’est bien simple, plutôt que d’être ce que je suis, j’aurais aimé être agriculteur :

Mais ce que je dis des légumes est aussi parfaitement valable pour les pinku et les bijins dénudées. Du coup, quand je tombe sur un film où il est question d’un serial violeur accro aux légumes et désireux de punir des lycéennes qui se prostituent (oui, oui, vous avez bien lu), je ne résiste pas et en fait une critique :

stop bitch campaign

Avec, devinez qui ? Oui, c’est bien Sora !

Certes, le film est une nanar qui nous sert une bien mauvaise soupe de légumes. Plutôt que le velouté, c’est un peu la grosse cavalerie indigeste qu’on nous sert. Mais il faut bien reconnaître que le mauvais goût et l’humour cradingue dans lequel il baigne n’est pas sans susciter quelques sourires ici et là. Légumes oblige, le côté WTF ? n’a pas arrêté d’évoquer en moi, en plus de la belle séquence de Merci Bernard cité en ouverture, ceci :

Les lecteurs les plus jeunes hallucineront sûrement devant les exploits du héros de notre enfance, Léguman. Non, ne croyez pas que nous étions alors des crétins en culotte courte. C’est juste que nous étions à une époque bénie où le service public offrait à leurs jeunes télespectateurs leur ration quotidienne de Roland Topor. Et croyez-moi, quand on est en primaire, voir Téléchat et Léguman juste avant ou après un épisode de Cobra, c’était le gros kif !

Bref, on aura compris avec ces références que Stop the Bitch Campaign baigne dans une atmosphère déjantée et réalisée avec deux-trois bouts de ficelles. Et ce n’est pas un problème puisque plus ce sera mal foutu, plus ce sera drôle. Du bon gros bruit de ventouse à chiottes lorsque le violeur déconne au costume de super vilain qu’il arbore avant d’attaquer une Sora Aoi déguisée en Chun Li très cosplay de province :

stop-bitch-2 stop-bitch-3

… on touche à chaque fois le fond avec un certain plaisir (comme le méchant du film en fait). Ajoutons à cela les signatures très graphiques du violeur une fois son forfait commis :

stop-bitch-4 stop-bitch-5

Hanniballoches Lecter

… de mystérieux messages :

stop-bitch-6

… d’insoutenables attaques à la tomate :

stop-bitch7

ou sa propension à enfoncer des légumes à certains endroits pour ensuite les mixer et en faire un divin nectar (enfin, divin en théorie) :

stop-bitch8 stop-bitch9

Le portrait du vieux monsieur que le méchant a placé sur son costume ? C’est la photo de son défunt papa pour qu’il puisse pleinement profiter du spectacle :

stop-bitch-11

Un fils qui offre à son père la vue des loches de Sora à une portée de trique.  Que voilà un bon fiston !

Bref arrêtons-nous là, on l’aura compris : STBC est LE film de légumes à voir, surtout si, en fan de Leguman et de pinku fauchés vous êtes du genre à avoir pour fantasme ultime ceci :

stop-bitch-12

Faire l’amour à Sora Aoi sur un lit de tomates et de courgettes.

La note :

3 patates et 2 tomates / 10

stop-bitch-campaign-bethléem

Du même tonneau (ou presque) :

Lien pour marque-pages : Permaliens.

6 Commentaires

  1. Le régime végétarien est probablement bien plus sévère que je n’ai jamais cru.

  2. 5 fruits et légumes par jour. Autant le dire de suite, je suis largement en carence ces temps-ci.

  3. @RajahFoo : d’un autre côté, si c’est pour faire un potage maison avec miss Sora, ça peut valoir le coup de se mettre aux légumes.

    @lenumérossix : par contre, pour Sora c’est carrément le trop plein dans le film !

  4. J’ai une profonde aversion pour les légumes, mais Sora Aoi l’emporte… (Le visionnage sera un mélange de nausées et d’excitations, je pense)

    A.rnaud., oui, ça fait un bail

  5. Sora peut jouer recouverte de steak tartare, de natto ou d’excrements, elle illuminera toujours l’ecran de sa classe.

    Content de te relire ici.La derniere fois, c’etait entre autres choses à propos d’une certaine serie americaine avant qu’elle ne soit connue en France par n’importe quel gogo. Un bail effectivement. Tiens, je suis tellement content que je t’offre une plastique qui concurrencerait presque celle de Sora :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *